affre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1460) De l’ancien occitan affre (« horreur, effroi »), du gothique *aifrs (« âcre, amer » et « horrible, terrible »), le sens d'« âcre, amer » est dans l’italien afro (« âcre, sur »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
affre affres
\afʁ\

affre \afʁ\ féminin Note : surtout employé au pluriel.

  1. Grande peur, extrême frayeur, terrible effroi.
    • Au-dessus de ces diverses affres, localisées aux centres de sensibilité de chaque appareil, se trouve l’affre générale, l’angoisse, l’anxiété capitale, celle de tout notre être et de toute notre conscience. — (Société française de neurologie, Société de neurologie de Paris, Revue neurologique, volume 17, 1909)
    • Quel océan, ses cœurs ! quel orage, ses nerfs !
      Quels nœuds de volontés serrés en son mystère !
      Victorieuse, elle
      [la ville] absorbe la terre ;
      Vaincue, elle est l’affre de l’univers :
      Toujours, en son triomphe ou ses défaites,
      Elle apparaît géante, et son cri et son nom luit,
      Et la clarté que font ses feux dans la nuit
      Rayonne au loin, jusqu’aux planètes ! — (Émile Verhaeren,
      Les Villes tentaculaires, 1895, pages 116-117)
    • … et le soleil, rouge de colère, court après la lune - qui, pâle d’affre, s’enfuit. — (Marcel Arnac, Le Brelan de joie, 1946)

Quasi-synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • affre sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]