aller se faire foutre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

D’aller, faire et foutre (« pénétrer sexuellement »). Au sens propre l’expression signifie « aller pratiquer la sodomie passive » (du moins pour un homme) ; elle est essentiellement utilisée de manière injurieuse en raison du tabou concernant l’homosexualité.

Locution verbale [modifier]

aller se faire foutre \a.le sə fɛʁ futʁ\

  1. (Vulgaire) (Injurieux) Se faire congédier vertement (souvent utilisé à l’impératif).
  2. (Vulgaire) (Injurieux) Se voir exprimer un refus de manière outrageante (souvent utilisé à l’impératif). La préposition « avec » peut introduire l’objet du refus.
    • Alors qu’il était entouré de Vendéens, le 7 décembre 1793 près de Cholet, le forçant à crier « Vive le Roi ! », en réalité [Joseph] Bara aurait plutôt lancé : « Va te faire foutre, brigand. » — (500 citations de culture générale, Studyrama, 2005, p. 42)
    • Mon cher amy allez vous faire foutre avec vos excuses et votre chagrin sur la petite inadvertence en question. — (Voltaire, Correspondances)
    • Je ne veux pas acheter votre produit, alors vous pouvez aller vous faire foutre avec vos arguments à la noix.
  3. (Vulgaire) (Injurieux) (Par extension) Sert à Inspirer le mépris, l’indifférence, la colère, le dépit, souvent avec la tournure n’avoir qu’à ou bien pouvoir.
    • Oh ! Et puis finalement, hein, qu'ils aillent tous se faire foutre, tant qu'ils sont. C’est pas mes oignons. — (Jean Giono, L’Iris de Suse, Gallimard, 1970, p. 47)
    • Si vous n’aimez pas la mer, si vous n’aimez pas la montagne, si vous n’aimez pas la ville… allez vous faire foutre ! — (Jean-Luc Godard, À bout de souffle, réplique dite par Jean-Paul Belmondo, 1960)
Note[modifier]
  • On trouve parfois le dérivé « envoyage faire foutre » : J’adore beaucoup de vos pièces et non des moins hardies, dans l’envoyage faire foutre des rimes minutieuses — (Paul Verlaine, Correspondance, A. Messein, 1929, p. 188)
  • On disait parfois « envoyer faire foutre » : J’ai eu une mine terrible tout aujourd’hui ; rien ne m’a plu ; mais heureusement je n’ai envoyé faire foutre que mon laquais, encore pas trop durement. — (Stendhal, Journal, E. Champion, 1923, p. 61)

Synonymes[modifier]

Expressions utilisées dans les trois sens : 1) pour dire à quelqu'un de s'en aller, 2) pour lui opposer un refus, 3) pour exprimer le mépris d'une personne ou de ses idées.

Verbes supplémentaires utilisés dans le premier sens seulement : 1) pour dire à quelqu'un de s'en aller

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]