amoureux des onze mille vierges

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De la légende d'Ursule de Cologne, dite Sainte Ursule.

Locution nominale [modifier le wikicode]

Invariable
amoureux des onze mille vierges
\a.mu.ʁø de ɔ̃z mil vjɛʁʒ\

amoureux des onze mille vierges \a.mu.ʁø de ɔ̃z mil vjɛʁʒ\ masculin

  1. (Proverbe) (Vieilli) Celui qui a une grande propension de tomber amoureux de toutes les femmes qui s’offrent à sa vue.
    • Voyez mon frère le roi de Westphalie, dont le royaume n'existe plus du tout : c'est l’amoureux des onze mille vierges; mais il est jeune, et peut-être avec le temps parviendra-t-on à en faire quelque chose ; il promet, sur ce qu'il a de plus sacré, de s'amender à la paix générale. — (Alphonse Martainville, Buonaparte, ou l'abus de l'abdication, pièce héroïco-romantico-bouffonne, en cinq actes et en prose, Paris : chez J.-G. Dentu, 1815, p. 113)
    • Vous savez ce qu'a dit Byron ? « La lancette a tué plus de gens que la lance... »
      — Ah, il a dit ça, cet amoureux des onze mille vierges ? A-t-il un peu raison ?
      — Un peu. On saignait beaucoup de son temps.
      — (Michel Jeury, Les beaux jours du Dr Nicolas, Éditions Robert Laffont, 2010, chap. 52)

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France (Saint-Maurice-de-Beynost) : écouter « amoureux des onze mille vierges [Prononciation ?] »
  • France (Toulouse) : écouter « amoureux des onze mille vierges [Prononciation ?] »

Références[modifier le wikicode]

  • François Joseph Michel Noël, Philologie française ou Dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique, littéraire, contenant un choix d'archaïsmes, de néologismes, d'euphémismes, d'expressions figurées ou poétiques, de tours hardis, d'heureuses alliances de mots, de solutions grammaticales, etc., pour servir à l'histoire de la langue française, vol. 1, Paris : chez Le Normant père, 1831, p. 56
  • Pierre-Marie Quitard, Dictionnaire étymologique, historique et anecdotique des proverbes et des locutions proverbiales de la langue française, Paris : chez P. Bertrand, 1842, p. 690