appât

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : áppát, appat

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIIe siècle) D’appast.
Déverbalisation de appâter, du latin pastus « nourriture ».

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
appât appâts
\a.pɑ\
(Archaïque, orthographe d’avant 1835)
Singulier Pluriel
appât appas
\a.pɑ\
Un ver servant d'appât (1)

appât \a.pɑ\ masculin

  1. Pâture qu’on met soit à des pièges, pour attirer des quadrupèdes ou des oiseaux, soit à des hameçons, pour pêcher des poissons.
    • Mais à peine y touche-t-elle que le piquet qui soutient la porte attiré par la petite corde qui tient lʼappât, venant à tomber, cette porte chargée de bois et conséquemment fort pesante lui tombe sur les reins et lʼécrase. — (Jacques  Lacoursière, Histoire populaire du Québec, vol. 1, 1995).
    • Le brodifacoum et le flocoumafen, à 40 ppm dans les appâts, sont réservés aux professionnels de la dératisation; les appâts à 10 ppm de brodifacoum peuvent être vendus aux particuliers. — (Jean-Pierre Quéré & Henri Le Louarn, Les Rongeurs de France: Faunistique et biologie, Quæ, 2011, p.102).
  2. (Figuré) Procédé destiné à tromper, séduire, attirer.
    • Attention, cette promesse n’est qu’un appât !
    • Ce bon accueil, ces paroles obligeantes ne sont qu’un appât pour l’engager à faire ce que l’on souhaite de lui.
    • Ce dernier prince s'était laissé séduire par l'appât de la gloire militaire, tout en voulant ménager la bourse de ses sujets. — (P.L. Ossude et Dufaure de Laprade, Le Siècle des beaux-arts et de la gloire ou La Mémoire de Louis XIV justifiées des reproches odieux de ses détracteurs, Paris, édité par Charle Dufaure de Laprade, 1838, p. 287).
    • La volupté est l’appât le plus dangereux pour l'homme!. — (Jacques Amyot (évêque) , ’’La Vie de Marcus Cato (1572) dans « Jacques Amyot » sur monpoeme.fr, consulté le 8 août 2018).
  3. (Figuré) Caractéristique d’une personne qui suscite une attirance sexuelle.
    • Il songeait souvent aux appâts d’Agathe, dont le parfum d’œillet le poursuivait, comme une arrière-pensée, quand il ouvrait une bouteille de vin français. — (Christophe Carlier, L’Euphorie des places de marchés, Serge Safran Éditeur, Paris, 2013, p. 181).
    • […] par derrière la lune est au soleil ; par devant les appâts masculins sont cachés du mieux possible. — (abbé Jean Durand, Guide de l’Aube mystérieuse, édité par l’auteur à Villy-en-Trodes, 1972, p. 133).
    • Marie, grandissant comme une diablesse, n’ignore rien des appâts masculins et en use fort tôt en se nourrissant de lectures licencieuses et de vie au grand air. — (Pierre Lunel, Cocus. Même les grands hommes peuvent l’être (ISBN 978-2-268-07758-1), Monaco, Le Rocher, 2015).

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]