appointement

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1388) Signifiait d’abord « règlement d’une affaire ». → voir appointer et -ment. L’usage pluriel apparaît en 1573.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
appointement appointements
\a.pwɛ̃t.mɑ̃\

appointement \a.pwɛ̃t.mɑ̃\ masculin

  1. (Surtout au pluriel) Rétribution fixe attachée à une place, à un emploi surtout public, et payée à des époques régulières.
    • Tu auras deux mille quatre cents francs d’appointements. (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • Les gentilshommes s’engageaient par écrit pour la réveillée entière, moyennant des appointements convenus et proportionnés à leur aptitude. (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895)
    • Ma femme aurait désiré être riche, et voilà que j’étais pauvre, avec mes petits appointements de deux mille francs. (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
  2. (Histoire du droit) Jugement interlocutoire dans lequel le juge ordonnait que les parties produisent par écrit leurs informations sur les points qui n’avaient pu être suffisamment éclaircis à l’audience.

Expressions[modifier]

  • appointement à mettre : (Histoire du droit) Règlement par lequel le juge ordonnait que les parties mettent leurs pièces sur le bureau, pour être jugées sommairement
  • appointement en droit : (Histoire du droit) Règlement par lequel le juge ordonnait que les parties produisent par écrit

Synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]