arbalétrier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Composé de arbalète, avec le suffixe -ier.
Oiseau : nom donné en raison de sa forme en vol.
Poisson : nom donné en raison de ses épines caudales.

Nom commun 1 [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin arbalétrier
\aʁ.ba.le.tʁi.je\
arbalétriers
\aʁ.ba.le.tʁi.je\
Féminin arbalétrière
\aʁ.ba.le.tʁi.jɛʁ\
arbalétrières
\aʁ.ba.le.tʁi.jɛʁ\
Un arbalétrier (1).

arbalétrier \aʁ.ba.le.tʁi.je\ masculin (équivalent féminin : arbalétrière)

  1. Celui, celle qui se servait de l’arbalète.
    • De Bracy sonna du cor à trois reprises, et les archers et arbalétriers, qui avaient paru sur le mur à l’approche de la petite troupe, se hâtèrent de baisser le pont-levis et de l’introduire. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • […], les meurtrières pratiquées dans les merlons de pierre restaient démasquées dans leur partie inférieure et permettaient aux arbalétriers postés au dedans du parapet sur ce chemin de ronde de lancer des traits sur les assaillants. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  2. (Ornithologie) Synonyme de martinet noir (oiseau).
  3. Nom commun des balistes (poissons).

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

  • Aide sur le thésaurus arbalétrier figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : charpente.

Traductions[modifier]

Nom commun 2[modifier]

Singulier Pluriel
arbalétrier arbalétriers
\aʁ.ba.le.tʁi.je\
Situation de l’arbalétrier dans une charpente. Note : le liteau n’est pas le voligeage ; le voligeage est l’ensemble des voliges ou liteaux

arbalétrier \aʁ.ba.le.tʁi.je\ masculin

  1. (Charpenterie) Chacune de deux pièces de bois qui servent à former le comble d’un bâtiment de manière à s’assembler par leur extrémité supérieure dans la pièce de bois verticale qu’on appelle aiguille ou poinçon, et par l’autre extrémité dans la poutre horizontale qu’on nomme entrait.
    • Dans ces demeures grossières, en effet, murailles, planchers, plafonds, murs de refend, cloisons, chevrons, faîtage, arbalétriers, bardeaux, tout est planches, poutres et poutrelles. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Un second rang de moises, posé en L à 1m,80 du premier rang, formait l’enrayure des arbalétriers M du comble. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Ces moments fléchissants de l’arbalétrier se rapportent aux points d’appui. Si des pannes sont placées entre les points d’appui, il faudra les considérer comme des forces fléchissantes et en tenir compte en calculant l’arbalétrier à la flexion et à la compression comme dans l’exemple du n° 1252. — (Joseph Claudel, Formules, tables et renseignements usuels : aide-mémoire des ingénieurs, des architectes, etc. : Partie pratique, tome second, Vve Ch. Dunod, Éditeur, Paris, 1892, dixième édition entièrement refondue par Louis-Auguste Barré)

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]