arolle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du franco-provençal aròla, diminutif d’un *arva, (« pin », « conifère »), comparable au provençal alpin arva (« cône de pin »), piémontais ervu (« arolle »), allemand suisse Arve, de même sens. Formation proche attestée en latin aravicelos (« résine de pin sauvage ») (Pline, Hist. nat., XV, 36).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
arolle arolles
\a.ʁɔl\

arolle \a.ʁɔl\ masculin

  1. Nom usuel du pin cembro qui croît dans les alpes et en moyenne montagne.
    • C’est que l’arolle séculaire faisait partie du décor que l’on aimait retrouver tel quel au printemps. — (Christian Mollier, Foehn sur le Mont-Blanc, 1999)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • arolle sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]

Finnois[modifier le wikicode]

Forme de nom commun [modifier le wikicode]

arolle \ˈɑrolːe\

  1. Allatif singulier de aro.

Gallo[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
arolle arolles
\Prononciation ?\

arolle \Prononciation ?\ féminin (orthographe non normalisée du gallo)

  1. Foin étendu dans un champ qui est mit en tas pour être chargé dans une charrette.

Notes[modifier le wikicode]

Cette graphie a été utilisée en 1886 par Adolphe Orain. Elle ne correspond à aucune norme graphique moderne du gallo. Les orthographes correspondantes dans les graphies existantes sont :
  • en graphie ABCD : arole.

Références[modifier le wikicode]

  • « arolle » dans Adolphe Orain, Glossaire patois du département d'Ille-et-Vilaine suivi de chansons populaires avec musique, Maisonneuve Frères et Ch. Leclerc, 1886, 279 p., p. 4 [texte intégral]