au contraire de

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

composé de au, contraire et de.

Locution prépositive [modifier le wikicode]

au contraire de \o kɔ̃.tʁɛʁ.də\ invariable

  1. Contrairement à, à l’opposé de.
    • C'est une erreur, les statistiques du XIXe siècle démontrent que les misérables des fabriques cotonnières ou sidérurgiques se suicidaient très peu, et n'étaient absolument pas éthyliques, au contraire de leur bourgeois et petits commerçants. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 78)
    • Le fait intime n'a pas besoin d'être prévu puisque, au contraire de ce qui se passe dans le monde extérieur, il ne s'agit pas de la liaison d'une cause et d'un effet. — (Hans Jonas (trad. Danielle Lories), Le Phénomène de la vie : Vers une biologie philosophique [The Phenomenology of Life : Towards a Philosophical Biology]. Bruxelles : De Broeck université, coll. « Sciences, éthiques, sociétés », 2001 (éd. originale 1966). 287 p. ; 24 cm. ISBN 2-8041-1769-3. L’extrait cité figure en page 54.)
    • Au moins, la demeure familiale n’avait pas changé. Au contraire de tout le reste ou presque dans sa vie, en l’espace d’une semaine. — (Cara Summers (trad. Emma Paule), Au jeu de la séduction [Twin Seduction]. Paris : éd. Harlequin, coll. « Audace », 2010. 215 p. ; 17 cm. ISBN 978-2-280-21132-1. L’extrait cité figure dans le Prologue.)

Notes[modifier le wikicode]

Il ne faut pas confondre cette locution prépositive avec la succession, dans une phrase, de la locution adverbiale « au contraire », et de la préposition « de » dans son emploi de séparateur entre certains verbes transitifs et l’infinitif qui indique l’objet direct de l’action (cas 25 dans les emplois de la préposition).

On comprendra sans doute en quoi se sentir obligé par une règle n'empêche pas d'être libre, mais permet au contraire de se libérer. — (Gilles Vervisch, De la tête aux pieds : Philosophie du football. Paris, éd. M. Milo, coll. « Essais-documents », 2010. 156 p. ; 20 cm. ISBN 978-2-35341092-7. L'’extrait cité figure dans le chapitre VII, « Pourquoi les femmes sont-elles incapables de comprendre le hors-jeu ? » et dans un sous-chapitre titré « L’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté ».)

Traductions[modifier le wikicode]