au jour le jour

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Locution adverbiale [modifier le wikicode]

Invariable
au jour le jour
\o ʒuʁ lə ʒuʁ\

au jour le jour \o ʒuʁ lə ʒuʁ\

  1. Sans se préoccuper du lendemain.
    • À l’époque où nous la rencontrons, doña Luz était donc une heureuse enfant, vivant au jour le jour, satisfaite du présent, ne songeant nullement à l’avenir. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
  2. (Finance) Dans le domaine des pensions, du marché des changes et du marché interbancaire, s’emploie pour désigner une opération dont le début est fixé le jour même et l’échéance au lendemain.
    • La clientèle étant réfractère à ces prix, supérieurs de 50 % à ceux qui se pratiquaient au début du mois de septembre, les acheteurs restent dans l’expectative et ne passent leurs ordres que par petits paquets et au jour le jour. — (Le Progrès agricole et viticole, 1929, vol.92, p.360)

Traductions[modifier le wikicode]

Locution nominale [modifier le wikicode]

au jour le jour \o ʒuʁ lə ʒuʁ\ masculin

  1. Fait de vivre au jour le jour.
    • Au moment où cette seconde pièce commença, je regardai du côté de la baignoire de Mme de Guermantes. Cette princesse venait, par un mouvement générateur d’une ligne délicieuse que mon esprit poursuivait dans le vide, de tourner la tête vers le fond de la baignoire ; les invités étaient debout, tournés aussi vers le fond, et entre la double haie qu’ils faisaient, dans son assurance et sa grandeur de déesse, mais avec une douceur inconnue que d’arriver si tard et de faire lever tout le monde au milieu de la représentation mêlait aux mousselines blanches dans lesquelles elle était enveloppée un air habilement naïf, timide et confus qui tempérait son sourire victorieux, la duchesse de Guermantes, qui venait d’entrer, alla vers sa cousine, fit une profonde révérence à un jeune homme blond qui était assis au premier rang et, se retournant vers les monstres marins et sacrés flottant au fond de l’antre, fit à ces demi-dieux du Jockey-Club —qui à ce moment-là, et particulièrement M. de Palancy, furent les hommes que j’aurais le plus aimé être— un bonjour familier de vieille amie, allusion à l’au jour le jour de ses relations avec eux depuis quinze ans. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, tome 3, Le Côté de Guermantes, 1920–21)

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]