aviatrice

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

 Dérivé de aviateur avec le suffixe -rice.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
aviatrice aviatrices
\a.vja.tʁis\
Une flotte d’aviatrices travaillant dans l’armée.

aviatrice \a.vja.tʁis\ féminin (pour un homme, on dit : aviateur)

  1. Pilote d’aéronef, en particulier d’avion.
    • L’ancienne championne dans le domaine du cyclisme démontrant ainsi de grandes capacités en matière de locomotion aérienne, ce sera d’ailleurs la première aviatrice en Belgique à décrocher son brevet de pilote quelques mois plus tard, le 25 novembre 1910. — (Stéphanie Meyniel, Le 2 septembre 1910 dans le ciel : Dutrieu réalise un magnifique vol à deux, air-journal.fr, 2 septembre 2019.)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Italien[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
aviatrice
\a.vja.ˈtri.t͡ʃe\
aviatrici
\a.vja.ˈtri.t͡ʃi\

aviatrice \a.vja.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme, on dit : aviatore)

  1. Aviatrice.

Néerlandais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du français aviatrice.

Nom commun [modifier le wikicode]

Nombre Singulier Pluriel
Nom aviatrice aviatrices
Diminutif aviatricetje aviatricetjes

aviatrice \Prononciation ?\ féminin (pour un homme, on dit : aviateur)

  1. Aviatrice.

Taux de reconnaissance[modifier le wikicode]

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 32,9 % des Flamands,
  • 31,9 % des Néerlandais.

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]