avoir la langue bien pendue

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Locution verbale [modifier le wikicode]

avoir la langue bien pendue \a.vwaʁ la lɑ̃ɡ bjɛ̃ pɑ̃.dy\ (se conjugue, voir la conjugaison de avoir)

  1. (Figuré) Parler beaucoup ; être impertinent.
    • Cependant elle ne pouvait nier que maître Girnigy n’eût la langue bien pendue, et de tels galans n'étaient pas à mépriser. — (Walter Scott, Woodstock, ou le Cavalier : Histoire de l’année mil six cent cinquante et un, traduit de l'anglais par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, Paris : chez Furne, 1830, p. 362)
    • Je n'ai jamais nié, monsieur, que vous n’eussiez la langue bien pendue. Mais à qui fera-t-on accroire qu'un fils de roi viendrait demander une princesse en mariage en escaladant les murs et en sautant par les fenêtres, au risque de se rompre le cou, […]. — (Maurice Bouchor, « La Belle au Bois dormant », dans Théâtre pour les jeunes filles, 1906, p. 179)
    • Ce Tactale était le mari de la femme-chef, la mère du Grand-Soleil; c'était à la fois un fier filou et un gars qui avait la langue sacrément bien pendue. — (Hubert Jules Deschamps, Manon l'Américaine: ou, La vie de René des Grieux : histoire sauvage des deux mondes, Éditions Opta, 1977, p. 194)
Note[modifier le wikicode]
Parfois avec l’usage d’un autre verbe.
  • Il parle… il parle… et toujours ses wait a bit ! qu’il lance avec une faconde intarissable. Est-ce que l’Hudson aurait les mêmes propriétés que la Garonne de faire les langues bien pendues ? — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. II, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)

Dérivés[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]