béalière

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Béalière provient de l'occitan bealièira et sa variante bealèira (réduction de triphtongue à diphtongue), à partir d'un terme de la langue gauloise bedu[1], apparenté au gallois bedd « fosse », « tombe » qui indique un sens de « creusement ». De ce terme sont issus beal « canal », et le collectif bealièira, qui exprime un ensemble de petits canaux d'adduction d'eau. Par réduction sémantique, le collectif s'est appliqué à désigner un canal unique. L'aménagement hydraulique cévenol comporte ainsi, par gradation le béal (canal de plus grande taille), la bealière (plus étroite), et l'arjal (qui dérive l'eau dans un pré). L'étymologie d'arjal est à rattacher à un étymon *arg d'où dérive notamment le terme argile.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
béalière béalières
\be.a.ljɛʁ\

béalière \be.a.ljɛʁ\ féminin

(Vieilli) Bief, petit canal.

  1. à la différence du bief ou de la bisse , qui sont des canaux d'irrigations artificiels faits pour capter l'eau dans les hauteurs pour l'amener à un endroit précis (les bisses peuvent être de simples tuyaux, voir surtout dans les Alpes du sud), la béalière est un canal construit à partir de la rivière, formant une déviation et un cours d'eau secondaire, avec une pente plus faible que la pente moyenne de la rivière. La béalière, en général construite en pierres du pays, a deux utilités;
  2. La béalière d'irrigation : le tracé est fait selon les courbes de niveaux, et est ponctué d'ouverture à portes verticales mues par des manivelles et pignon-crémaillère, permettant d'alimenter ou non en eau, selon les périodes, des champs ou des zones cultivables.
  3. La béalière de moulinage : construite à proximité immédiate de la rivière, quasi parallèlement, mais en faible pente régulière, afin d'assurer un débit le plus constant possible. C'est alors la force du courant qui est utilisée pour faire tourner des moulinages (travail du grain ou travail du fil de soie). Les béalières de ce type sont très courantes en Ardèche méridionale.
    • Ce propriétaire arrosait ses prairies au moyen d’ouvertures pratiquées dans un cours d’eau voisin (une béalière) dérivé de l’Ardèche.— (M. Dalloz, Recueil périodique et critique de législation, de doctrine et de jurisprudence, […], volume 1843, page 481, 1843)

Synonymes[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

  • Aide sur le thésaurus béalière figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : bief.

Traductions[modifier le wikicode]

  1. Lambert, Pierre-Yves, 1997, La langue gauloise, p. 188.