bélître

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : belître, bélitre

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du moyen bas allemand bedeler, correspondant à l’actuel nom allemand Bettler (« gueux »), ou du moyen hollandais bedelare, ayant donné par la suite belleudre (1408), puis belistre (1460), bélitre (1450), bellitre (1493). C’est en belistre puis belître et bélître que son orthographe s’est stabilisée.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
bélître bélîtres
\be.litʁ\

bélître \be.litʁ\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. (Péjoratif) (Vieilli) Homme de rien ; personne négligeable.
    • Martine, à Sganarelle : « Traître, insolent, trompeur, lâche, coquin, pendard, gueux, belître, fripon, maraud, voleur… ! » — (Molière, Le Médecin malgré lui, acte I, scène 1)
    • Car plus d'une fois, dans des dîners, des réunions, des bridges, quelque bélître patriotard avait étalé devant lui du mépris pour les « Français d’importation ». — (Vercors, La marche à l'étoile, éditions de Minuit, 1943, éd. 1946, p.60)
    • Voilà un plaisant bélître ! dit le capitaine, qui croit m'apprendre mon métier. — A votre aise, monsieur, vous serez noyé. — (Octave Feuillet, Vie de Polichinelle, Chapitre VII)
  2. (Vieilli) Coquin.
    • Un vrai bélître.
    • J’aurais voulu attraper le bélître par le revers de son veston, le secouer et lui crier : « A genoux ! A genoux quand la madone te parle ! » — (Amélie Nothomb, Attentat, Albin Michel, Paris, 1997, p. 112)
  3. (Désuet) Gueux ; mendiant.
    • Cyrano: « ballade du duel qu’en l’hôtel bourguignon Monsieur De Bergerac eut avec un bélître ! »
      Le Vicomte: « qu’est-ce que c’est que ça, s’il vous plaît ? »
      Cyrano: « c’est le titre. » — (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte I, Scène 4)

Variantes orthographiques[modifier]

Le Dictionnaire historique de l’orthographe française (1994) de Nina Catach indique l’évolution des graphies selon les éditions successives du dictionnaire de l'Académie française :

  • 1694-1718 : belistre,
  • 1740-1935 : belître.

La neuvième édition en cours du dictionnaire de l’Académie (tome 1, A-Enz, 1992) a renoncé à belître et n’indique plus que des graphies comportant un é : bélître, terme suivi d’un renvoi à la variante bélitre figurant en annexe au titre du rapport de 1990 (avant les rectifications orthographiques de 1990, ce mot s’écrivait uniquement bélître. Il peut désormais aussi s’écrire bélitre). L’Académie française s’en est tenu plus longtemps que les autres à la forme sans accent aigu puisque les dictionnaires courants ont opté pour bélître dès la fin du dix-neuvième siècle. Par ailleurs, malgré les écritures belistre, belître et bélître, le mot semble s’être toujours prononcé avec un i bref.

Note[modifier]
Bélître constitue l’un des pièges orthographiques de la célèbre dictée de Mérimée.

Dérivés[modifier]

Synonymes[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]