bœuf

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Boeuf, boeuf

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Date à préciser) En ancien français buef, du latin bŏvem, accusatif de bos (même sens). (XIe siècle) buef.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bœuf bœufs
\bœf\ \bø\
Bœufs dans le bestiaire de Rochester.

bœuf \bœf\ masculin (équivalent féminin : vache)

  1. (Élevage) Taureau castré.
    • Pourquoi ce bœuf impassible, et qui ne rumine même pas, semble-t-il attendre, pour ne pas brouiller l’herbe française avec l’herbe allemande ? (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Le même après-midi, à l’heure où l’on dételait les bœufs de la charrue, douze femmes sortirent de la maison du fiancé. (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • J’ai deux grands bœufs dans mon étable,
      Deux grands bœufs blancs marqués de roux,
      La charrue est en bois d’érable,
      L’aiguillon en branche de houx.
      (Pierre Dupont, Les Bœufs, Librairie Nizet, 1991)
  2. (Élevage) (Par métonymie) Animal de la race bovine.
  3. (Cuisine) Viande de bœuf, de vache ou génisse destinée à l’alimentation humaine.
  4. (Littéraire) Taureau.
    • Ils aperçurent une troupe de bœufs sauvages.
    • Le bœuf Apis.
  5. (Musique) Séance musicale improvisée à laquelle peuvent se joindre différents musiciens, descarga, jam. Note : Ce sens est issu des pratiques qui avaient cours au « Bœuf sur le toit », cabaret de Paris dans les années 1920, où les musiciens se réunissaient à la bonne franquette pour improviser ensemble.
  6. (Argot) (Vieilli) Roi d’un jeu de cartes [1].
  7. Être le bœuf : (Argot) (Vieilli) Payer pour les autres, avoir tous les désagréments d’une affaire [1].
  8. (Argot) (Vieilli) Second ouvrier cordonnier, ouvrier tailleur qui fait les grosses pièces [1].
  9. (Argot) (Vieilli) Petit bœuf : Ouvrier qui commence une pièce, qui l’ébauche [1].
  10. (Argot) (Vieilli) Dans le jargon des typographes, mauvaise humeur, emportement, colère. Synonyme de chèvre [1].
  11. Prendre un bœuf, gober son bœuf, avoir son bœuf : Se mettre en colère, être en colère [1].
  12. Faire un bœuf : Toujours dans le jargon des typographes, remplacer momentanément à la besogne un compagnon [1].
  13. (Québec) (Populaire) Agent de police. Note d’usage : Surtout au pluriel ; le singulier se prononce \bø\ aussi.
    • Sacrement, v’là les bœufs !
  14. (Figuré) (Familier) Homme très corpulent.
    • C’est un bœuf.
    • Quel gros bœuf !
  15. (Familier) Homme stupide, sans finesse.
    • Tu n’es qu’un gros bœuf.
  16. (Familier) (\bø\) Véhicule lent, sans reprises.
    • Oh, la, la ! Cette camionnette, c’un vrai bœuf !

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Animal de la race bovine :
(Québec) Agent de police :

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Invariable
bœuf
\bœf\

bœuf \bœf\ invariable masculin

  1. (Familier) Important, impressionnant, énorme.
    • Un succès bœuf.
    • Un effet bœuf.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

  •  : écouter « bœuf »
  • Paris : écouter « bœuf [bœf] »

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

  • pluriel : beu

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • [1] : Lucien Rigaud, Dictionnaire d’argot moderne, Paul Ollendorff, Éditeur, Paris, 1881