baronnifier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De baron, avec le suffixe -ifier.

Verbe [modifier le wikicode]

baronnifier \ba.ʁɔ.ni.fje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Accorder le titre de baron à (quelqu’un).
    • Bonaparte, qui s’y entendait, changeait le titre des gens : il cachait le nom de M. de Talleyrand sous celui de prince de Bénévent; il baronnifiait les marquis et ducalisait les comtes. La recette est assez bonne , et nous la recommandons fortement à qui de droit. — (Les nouvelles recrues du Château, dans La Mode: revue des modes, jeudi 25 décembre 1845, Paris : imprimerie d’Édouard Proux & Cie, page 540)
    • Pas brillants, pas entreprenants, pas hommes du monde, voilà leur bilan; il faut une seconde génération pour prendre ton. M. Albert Blanc, ministre d’Italie, baronnifié de fraîche date, a l’air plutôt d'un chef de cuisine que d’un chef de mission. — (La Nouvelle revue, 1886)
    • La galerie des individualités offre aussi des figures ambiguës, tel Antoine Salamon, hier pensionné et baronnifié par le Pape en son Comtat d’Avignon, maire de Montélimar en 1792, puis de Lyon après Thermidor, mais pourtant d’un civisme douteux et peut-être bien lié au réseau contre-révolutionnaire du comte d’Antraigues. — (Les Drômois acteurs de la Révolution, actes du colloque de Valence, Hôtel du département, 12-13-14 octobre 1989, Association drômoise pour la célébration du bicentenaire de la Révolution française, 1990)
    • Ils ont beau se faire baronnifier par des souverains besogneux, ils ne seront jamais de grands seigneurs. — (site images.artistemer.bibliotheque.toulouse.fr)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Synonymes[modifier le wikicode]