bayer aux corneilles

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

→ voir bayer, aux et corneille. Provient du sens propre, rester bouche bée devant des oiseaux spectaculairement sans intérêt.

Locution verbale [modifier le wikicode]

bayer aux corneilles \ba.je.ʁ‿o kɔʁ.nɛj\ intransitif (se conjugue → voir la conjugaison de bayer)

  1. (Figuré) Rêvasser, perdre son temps en regardant en l’air niaisement.
    • Ils rencontrèrent sur la place le grand Guillaume qui bayait aux corneilles, en quête d’une idée. — (Charles Deulin, Contes d’un buveur de bière, 1868, Martin et Martine)
    • La plupart des gens de province ne se rendent évidemment pas un compte exact des procédés que les gens illustres emploient pour mettre leur cravate, marcher sur le boulevard, bayer aux corneilles ou manger une côtelette […] — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • (Variante)Cet abbé Plomb, il a l’air d’un sacriste effaré ; il bâille à l’on ne sait quelles corneilles ; et il semble si mal à l’aise, si jean-jean, si gauche… et il serait un lettré, aimant la mystique et amoureux de la cathédrale ! — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • On aurait dit qu’il passait tout son temps allongé sur le divan de récupération à bayer aux corneilles. — (Pierre Lemaître, Au revoir là-haut, Albin Michel, Paris, 2013, page 192)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Bien qu’ayant la même étymologie que bâiller, c’est bien le sens propre de bayer qui doit être considéré ici : rester bouche bée.
De la même manière, bien que la forme bailler aux corneilles puisse se comprendre dans le sens de « faire quelque chose d’aussi niais que de prêter de l’argent aux corneilles », elle est erronée.

Synonymes[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]