bevañ

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Breton[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

 Dérivé de bev avec le suffixe -añ.
Du moyen breton beuaff[1].
À comparer avec les verbes byw en gallois, bewa en cornique (sens identique).

Verbe [modifier le wikicode]

Mutation Infinitif
Non muté bevañ
Adoucissante vevañ
Durcissante pevañ

bevañ \ˈbeːvã\ intransitif-transitif direct (voir la conjugaison), base verbale bev- (pronominal : en em vevañ)

  1. Vivre.
    • N’eo ket red kemer kement-se a boan evid kelou beva ha mervel e-neus an den d’ober war an tamm douar-mañ. — (Jules Gros, Le trésor du breton parlé - Deuxième partie - Dictionnaire breton-français des expressions figurées, 1ère ed. 1970, page 45)
      Il n’est pas nécessaire de se donner tant de mal pour le peu qu’on a à faire sur cette malheureuse terre : vivre et mourir.
  2. (Transitif) Nourrir.
    • Me va unan, daoust ha n’oun ket pinvidik, a zikouro ivez gwella ma cʼhellin da veva ha da wiska ar paotr. — (Lan ar Bunel, Laouig ar Penker eun danvez beleg, Moulerez straed ar Cʼhastell, Brest, 1929, page 45)
      Moi-même, bien que je ne sois pas riche, aiderai du mieux que je pourrai pour nourrir et habiller le garçon.

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Antonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Variantes dialectales[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Jehan LagadeucCatholicon, Tréguier, 1499