bijou

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1460) Du breton bizoù (« bague, anneau »), dérivé de biz (« doigt »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
bijou bijoux
\bi.ʒu\
Magasin de bijoux.

bijou \bi.ʒu\ masculin

  1. Petit ouvrage de luxe d’un travail élégant et d’une matière précieuse, et qui sert de parure et d’ornement.
    • Toutes avaient des bijoux en or et de lourds anneaux passés dans les oreilles. (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • […] et si je n’ai jamais vu de femme plus hideuse, jamais, jamais je ne vis de plus coquette personne. Une toilette, un bijou aperçu à travers des vitrines éblouissantes, la faisaient tomber en pâmoison. (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Pendant un long moment, Nazira regarda distraitement les bijoux que lui désignait sa mère. Ces breloques, ces bracelets, ces pendentifs, la laissait [sic : laissaient] froide. (Out-el-Kouloub, Nazira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
  2. (Figuré) Toute chose élégante et ornée.
    • Mais, à part une série d’ouvrages géographiques, historiques, ethnographiques, parmi lesquels il y a des œuvres magistrales, et quelques bijoux littéraires sans prétention à l’exactitude scientifique, beaucoup de ces livres révèlent une connaissance insuffisante du sujet et n’ont souvent servi qu’à propager une foule de notions erronées […]. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p.8)
  3. (En particulier) Petite maison élégante et commode.
    • Le financier la Cour avait fait un bijou d’un vilain lieu et d’une méchante maison que Chamillart lui avait donnée. (Louis de Rouvroy, 222, 253)
    • Cirey est charmant, c’est un bijou. (Voltaire, Lettres, vers, 80)
  4. (Figuré) (Familier) Enfant aimable et docile.
  5. (Figuré) (Histoire) Au XVIIe siècle, jeune fille issue de petite noblesse hébergée à La Salpêtrière et jouissant d’un traitement particulier.
    • En 1661, écrit Silvio Dumas, « ce refuge abritait 1460 personnes ; on y recevait des filles de petits nobles pauvres ou gênés, lesquelles jouissaient d’un traitement particulier et qu’on appelait les “bijoux”. [...] ». (Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec, vol. 1, « Des origines à 1791 », 2013, p. 162.)
  6. Organes sexuels.
    • Les bijoux de famille.
    • Les Bijoux indiscrets (titre d’un roman libertin de Diderot).
  7. (Argot) (XIXe siècle) Rogatons, assortiment de restes provenant de grands restaurants, triés et vendus au rabais à des consommateurs peu fortunés.
    • Vous rappelez-vous ces restes achetés aux restaurants, qu’on triait avec soin pour en tirer les meilleurs morceaux, qu’on revendait sous le nom de bijoux ? L’arlequin est composé du reste de ces restes ! (Eugène Chavette, Restaurateurs et restaurés, 1867)
    • La misère devenant plus rude à l’approche de l’hiver, les pauvres gens, qui n’ont pas de quoi acheter du charbon pour faire la cuisine chez eux, se pressent aux alentours du marché aux arlequins (ou aux bijoux, selon les professeurs de langue verte). Là, pour deux sous, on a droit à deux morceaux de viande nageant dans une assiette de sauce brûlante. (Le Voleur illustré : cabinet de lecture universel, 1872)
Note[modifier]
Seuls huit noms français en -ou ont leur pluriel en -oux au lieu de -ous : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, pou et ripou. Le mot chouchou hésite entre les deux pluriels chouchous et chouchoux. Voir aussi : viens mon chou, mon bijou, mon joujou, sur mes genoux, et jette des cailloux à ce ripou de hibou plein de poux.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France  : écouter « bijou [bi.ʒu] »

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Tchèque[modifier]

Forme de verbe[modifier]

bijou \Prononciation ?\

  1. Trosième personne du pluriel du présent de bít.