biper

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Verbe) Dérivé de bip.
(Nom commun) Francisation partielle du mot anglais beeper.

Verbe [modifier le wikicode]

biper \bi.pe\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Appeler quelqu’un sur un messager électronique.
    • […], je m'installais devant mon PC. Il devait être environ 20h. Lorsqu'il se connecta quelques minutes plus tard, je le bipais. Nous eûmes du mal au début. En effet, les liaisons transatlantiques ne sont pas toujours des meilleures avec Skype. — (Arlène Geneviève, Rattrapée par mes tendres Souvenirs, TheBookEdition, 2010, p. 41)
    • Sonnerie de Skype. Ce soir, je n'ai pas pu répondre. Et le temps que j'arrive devant l’ordinateur pour décrocher Skype, il se déconnecte. Alors je le bipe sur sa pagette. — (Ghizlaine Chraibi, Un Amour fractal, Éditions Juste Pour Lire, 2012, p. 80)
  2. Prévenir quelqu’un sur son téléphone en ne le faisant sonner qu'une ou deux fois.
    • Cinq minutes à l'avance, je bipai comme convenu Angelo avec mon portable. Quand nous passâmes il était bien là, clope au bec, bras croisés, adossé au mur à côté de la porte du club, impénétrable. — (Jean-Marie Laclavetine, Paris mutuels, Éditions La Branche, 2012, chap. 2)
    • Le Poste de Police de West LA se situait à quelques blocs de chez moi, de l'autre côté de Santa Monica Boulevard, sur Butler Avenue. Je bipai Bill, pour ne pas avoir à entrer. — (David Guinard, L.A. pour les intimes, Librinova, 2014, chap. 9)
  3. Sonner d'un bip, en parlant du téléphone ou de tout autre objet.
    • J'allumai mon ventilateur. Je paramétrai mon téléphone pour qu'il bipât dans deux heures et fort. Je dépliai mon futon et me couchai. — (Bertrand Latour, Les Yeux plus gros que l'Amérique, Flammarion, 2016, chap. 14)
    • Quelques minutes plus tard, alors qu'il ouvrait la porte de la chambre 609, son téléphone bipa. Il avait reçu un poke. — (Eirikur örn Norddahl, Heimska : La stupidité, Éditions Anne-Marie Métailié, traduit de l'Islandais par Eric Boury, 2017, p. 26)
    • Quand la jeune femme appuya sur la télécommande pour verrouiller sa voiture, les clignotants bipèrent en rythme avec les lointains échos de musique et de rires. — (Terry Goodkind, Les Sanctuaires du Mal, traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Claude Mallé, éditions Bragelonne, 2017, chap. 30)
  4. Envoyer un signal électromagnétique à un objet dont le répétiteur ou l'avertisseur fait bip.
    • Ils ouvrirent la porte du garage, bipèrent la voiture puis la grille d'entrée du jardin, par lequel un chemin avait été aménagé pour le passage du véhicule. — (Alexis S.Z, Moi l'Indien, partie 2 : Putains d'anges farceurs, Éditions Eslaria, 2013)

Synonymes[modifier le wikicode]

Appeler sur messager :

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
biper bipers
\bi.pœʁ\

biper \bi.pœʁ\ masculin

  1. (Anglicisme) Variante orthographique de bipeur.
    • Le vagabond s'empressa de faire demi-tour […]. Bosch le regarda s'éloigner et décrocha son biper de sa ceinture. Il reconnut immédiatement le numéro affiché sur l'écran : c'était celui de la ligne directe du lieutenant Harvey Pounds au commissariat de Hollywood. — (Michael Connelly, La Blonde en béton, Paris : le Grand livre du mois, 1996, éd. Calmann-Lévy, 2014)
    • Finalement, son biper sonna à sa ceinture. Gray le saisit aussitôt. Le numéro de Sigma s'afficha. — (James Rollins, Sigma Force, vol. 1 : L'Ordre du Dragon, traduit de l'anglais (USA) par Paul Benita, éd. Fleuve noir, 2012)
    • Les spots publicitaires pour les bipers ou pagers (gadgets électroniques permettant de communiquer des messages à leur porteur à tout moment) «Tatoo» et «Tam-Tam» y font respectivement référence, dans le slogan «pour être toujours en contact avec votre tribu», pour le premier, et implicitement dans le nom du second, le tam-tam faisant allusion au mode de communication de certaines sociétés primitives. — (Valérie Fournier, Les nouvelles tribus urbaines: voyage au cœur de quelques formes contemporaines de marginalité culturelle, éd. Georg, 1999, p. 130)

Références[modifier le wikicode]