bluter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIe siècle) En ancien français beluter[1] attesté jusqu'au XVIIe siècle en concurrence avec la forme syncopée bluter apparue au XIVe siècle ; plus avant, du moyen haut-allemand biuteln qui donne, en allemand beuteln (de), dérivé de biūtel, « blutoir » qui donne Beutel.

Verbe [modifier le wikicode]

bluter \bly.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Passer au blutoir, pour séparer la fine farine du son.
    • On conçoit donc que partout où l'on vise à fabriquer le pain économiquement on s'efforce de réduire le taux du blutage ; c'est ainsi que, dans les manutentions militaires, la farine de blé tendre est blutée à 15 p. 0/0 et celle de blé dur à 5 p. 0/0. — (M. E. Millon, « De la proportion d'eau et de ligneux contenue dans le blé et dans ses principaux produits », dans les Mémoires de la Société royal des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, année 1847, part. 1, Lille : Imprimerie de L. Danel, 1847, p. 23)
    • Mais le jour qui blutait sa poudre d’or au travers des rideaux, lui montra son visage bleui par les meurtrissures des nuits. — (Joris-Karl Huysmans, Marthe, histoire d’une fille, 1877)

Dérivés[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]