bobèche

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : bobêche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom 1) (1335) Probable dérivé de bobe « rond » en ancien français → voir bobine, avec une finale -èche obscure, probablement analogique de flammèche. L’ancien français avait bobaiche (« guêtre »).
(Nom 2) (1795) Dérivé de l’ancien français bobert (« fat, orgueilleux, sot ») avec la même finale obscure → voir pimbêche.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bobèche bobèches
\bɔ.bɛʃ\
Branches de chandelier avec leurs bobèches. (sens n°2)

bobèche \bɔ.bɛʃ\ féminin

  1. (Jusqu’au 17e siècle) Tête du chandelier, petit vase qui contient la bougie.[1]
  2. (Début du 18e siècle)[2] Petite pièce concave à rebord, percée en son milieu d’un trou cylindrique, qu’on adapte aux chandeliers, aux lustres, aux girandoles, afin de recueillir leur cire fondue. Note : Les deux sens sont restés longtemps en usage[3], aujourd’hui le premier sens de bobèche est souvent remplacé par le mot binet[4].
    • Bobèche d’argent, de cuivre, de cristal. Au 18e siècle, il existait des bobèches de papier découpées en fleurs et jetables. Voir Femme occupée à cacheter une lettre par Jean-Baptiste Siméon Chardin, 1733.
    • Les bougies s’éteignirent une à une en faisant éclater leurs bobèches de cristal. — (Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, 1831)
    • C’était tantôt une manière nouvelle de façonner pour les bougies des bobèches de papier. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • Le feu qui meurt a beau nous faire signe : « Allez vous coucher, mes enfants », les bougies ont beau crier : « Au lit ! au lit ! Nous sommes brûlées jusqu’aux bobèches. — On ne vous écoute pas », leur dit Jacques en riant, et notre veillée continue. — (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, rééd. Le Livre de Poche, page 136)
    • Plus rien ne traîne. Tout est net. Sur les cheminées, les vases ont été vidés des bouchons, des bobèches ébréchées, des bouts de ficelle pleins de nœuds, des épingles à cheveux, qu’on y trouve fréquemment. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, pages 159-160.)
    • Les cierges arrivaient rapidement au terme de leur existence ; une flamme baissant plus rapidement que les autres fit éclater une bobèche. — (Jean Ray, La Cité de l’indicible peur, 1943)
    • Au milieu de la place, la fontaine parlait toute seule. C'était une conque de pierre vive, accrochée comme une bobèche, autour d'une stèle carrée, d'où sortait le tuyau de cuivre. — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 146.)
  3. Partie supérieure d’un chandelier, lorsque cette dernière comporte un rebord évasé semblable à celui des bobèches mobiles.
    • La bobèche d’un chandelier.

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Synonymes[modifier le wikicode]

Tête du chandelier, petit vase qui contient la bougie (sens n°1)

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

  • Aide sur le thésaurus bobèche figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : chandelier.

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bobèche bobèches
\bɔ.bɛʃ\

bobèche \bɔ.bɛʃ\ masculin

  1. Joueur de parade.
    • Un bobèche au pantalon couleur de souffre, au gilet jaune agrémenté de passements rouges, un gilet à la Robespierre dont les ailes volaient sur un habit vert de bouteille, fit frétiller la queue de sa perruque en escalade et hurla : - Mesdames et messieurs, nous allons avoir l’honneur de vous offrir une seconde représentation ! — (Joris-Karl Huysmans, Les Sœurs Vatard, 1879)
  2. (Par extension) Pitre, bouffon.
  3. (Figuré) (Populaire) Niais.
    • Chantons pas la langue des dieux
      Pour les balourds, les fesse-mathieu,
      Les paltoquets, ni les bobèches,
      Les foutriquets, ni les pimbêches.
      — (Georges Brassens, La Femme d'Hector, 1958)

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Antoine Furetière, Essay d’un dictionnaire universel, 1684.
  2. Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts, édition de 1701.
  3. Pierre Kjellberg, à la fin des années 60, utilise toujours bobèche dans son acception ancienne de sens un, Connaissance des Arts, Novembre 1967, p.112-119.
  4. Bernard Deloche, Philippe Boucaud, Le luminaire d’argent en France, Université Jean Moulin, 1988, p. 40. « Par binet on désigne aujourd’hui le petit cylindre en douille destiné à recevoir la bougie. »