bondir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Vers 1100) bundir (« retentir, résonner ») (XIIIe siècle) prend le sens de « faire des sauts, sauter » : le changement de sens est dû à un changement de registre : à l’impression auditive de sons montants et descendants s’est substituée une impression visuelle de même rythme.
Du latin vulgaire *bombitire, variante de *bombitare fréquentatif de bombire (« bourdonner »), lui-même de bombus )« bourdonnement des abeilles, bruit retentissant »).

Verbe [modifier]

bondir \bɔ̃.diʁ\ intransitif 2e groupe (conjugaison)

  1. Sauter, en parlant de certains animaux, et même des personnes.
    • Sur ces entrefaites, la portière se souleva et Henri de Navarre parut. La petite levrette, qui dormait sur le trône, bondit et courut à lui. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, vol. I, ch. VI)
    • Autour de la chambre, le long de la plinthe, des belettes courent, bondissent, se poursuivent… — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Blanchette […] fit un écart terrible, et, bondissant en avant, envoya son conducteur rouler les quatre fers en l’air, toutes paumes ouvertes, en plein milieu du taillis. — (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Il les aurait gardées les bouteilles. Assurément personne ne se serait aventuré à pénétrer dans sa réserve sans qu'il ne bondisse aussitôt sur le gredin une zerouata à la main. — (Ahmed Ismaïli, Le rêveur, le vendeur et les voleurs, dans Côté Maroc, Rabat : Éditions Marsam, 2007, tome 4, p.128)
  2. Faire un ou plusieurs bonds.
    • Mon guide me fit voir […] l’endroit où le pied avait manqué à ce malheureux, l’espace effrayant qu’il avait parcouru, bondissant de rocher en rocher comme une avalanche vivante ; puis enfin au fond du précipice, la place où il s’était arrêté, masse de chair informe et hideuse à laquelle il ne restait aucune apparence humaine. — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes, t. 1, 1833)
    • Le seul bateau en vue était un vieux brigantin battant pavillon anglais, qui bondissait à la crête des grandes vagues et plongeait dans leur creux. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 179 de l’éd. de 1921)
  3. (Figuré) S’émouvoir vivement.
    • Il bondissait de fureur, de rage.
  4. (Figuré) Se hâter.
    • Avant-guerre, du temps de sa généreuse et brillante jeunesse de bohème malchanceux, il bondissait avec légèreté vers la thune quotidienne. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 10)
    • Aussitôt, une vingtaine de cavaliers du maghzen, moukkala en travers de la selle, bondirent au galop dans cette direction. — (Roger Frison-Roche, Djebel Amour, Éditions Flammarion, 1978, rééd. Arthaud, 2011, chap.6)

Dérivés[modifier]

  • faire bondir le cœur (se dit pour exprimer l’extrême répugnance qu’on a pour un aliment ou pour quelque autre chose qui fait soulever l’estomac)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]

Anagrammes[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin (voir ci-dessus).

Verbe [modifier]

bondir \Prononciation ?\ transitif (conjugaison)

  1. Résonner.
  2. Retentir.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Références[modifier]

Ancien occitan[modifier]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier]

bondir

  1. Retentir.

Références[modifier]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844