boulevardier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Dérivé de boulevard avec le suffixe -ier.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin boulevardier
\bul.vaʁ.dje\
boulevardiers
\bul.vaʁ.dje\
Féminin boulevardière
\bul.vaʁ.djɛʁ\
boulevardières
\bul.vaʁ.djɛʁ\

boulevardier \bul.vaʁ.dje\ masculin

  1. (Théâtre) Qualifie un état d’esprit de légèreté dans le divertissement théâtral par opposition à l’académisme des théâtres officiels.
    • Dialoguiste, écrivain prolixe et populaire, Jacques Chabannes a été le premier adaptateur du répertoire boulevardier à la télévision. — (Wikipédia)
    • Ce qui est vraiment admirable, vraiment unique, c’est le cachet boulevardier de ce théâtre. — (Joris-Karl Huysmans, Le Drageoir des épices, 1877)
  2. (En mauvaise part) Vaudevillesque.
    • Cette grossière comédie présente des personnages caricaturaux et des situations boulevardières noyées dans un sentimentalisme escroc.

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
boulevardier boulevardiers
\bul.vaʁ.dje\

boulevardier \bul.vaʁ.dje\ masculin (pour parler d’une femme on dit boulevardière)

  1. Auteur qui écrit du théâtre de boulevard.
    • M'entendre traiter de pornographe, de boulevardier, de vaudevilliste ; accuser d'imiter Maeterlinck ! ou Donnay dont je n'ai jamais rien lu ! Vraiment, les coups portent à faux. — (Gide, Journal, 1908)
    • Néanmoins, le public reste avide de spectacles. Rostand et les boulevardiers profiteront de cette affection et de ce besoin éternels. — (Jean Vilar, De la tradition théâtrale, L'Arche, 1955. Cent ans de théâtre)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]