bouquineuse

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser). Dérivé de bouquiner avec le suffixe -euse.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bouquineuse bouquineuses
\bu.ki.nøz\

bouquineuse \bu.ki.nøz\ féminin (pour un homme on dit : bouquineur)

Une «bouquineuse» dans un bar (sens 2)
  1. (Vieilli) Celle qui est à la recherche de livres anciens.
    • BOUQUINEUSE (boukineur, neuze), celui ou celle qui cherche de vieux livres. — (Napoléon Landais, Dictionnaire Général et grammatical des Dictionnaires Français, Paris, Didier, 1850)
  2. (Familier) Celle qui bouquine.
    • Elle n’a pas mis le nez dehors, c’est une grande bouquineuse.

Traductions[modifier le wikicode]

Forme d’adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin bouquineur
\bu.ki.nœʁ\

bouquineurs
\bu.ki.nœʁ\
Féminin bouquineuse
\bu.ki.nøz\
bouquineuses
\bu.ki.nøz\

bouquineuse \bu.ki.nøz\

Une ambiance «bouquineuse»
  1. Féminin singulier de bouquineur.
    • Il est le saint patron de cette confrérie de lecteurs pour qui la littérature naît dans les pages de ces revues attendant qu’une main amie les tire de la poussière d’une boite bouquineuse. — (Olivier Cariguel, in Le Magazine littéraire, numéros 411 à 415, Paris, 2002, p. 13)

Prononciation[modifier le wikicode]

Moyen français[modifier le wikicode]

Forme d’adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin bouquineux
\bu.ki.nø\
Féminin bouquineuse
\bu.ki.nøz\
bouquineuses
\bu.ki.nøz\

bouquineuse \bu.ki.nøz\

  1. Féminin singulier de bouquineux[1].
    • Durant l’été que j’ahanne
      A mon fourment que je vanne
      Çà et là sur mes genoux,
      Pour m’avoir, Zéphyre doux,
      Éventé de tes deux ailes
      Et le sein et les aisselles,
      Qui me faisaient mal au coeur
      De leur bouquineuse odeur.
      — (Pierre de Ronsard, Œuvres complètes de Ronsard. Les poèmes, «Vœux d’un vaneur de blé au vent Zéphire», Paris, édité par Pierre de Nolhac chez Garnier Frères p. 397, 1578)

Références[modifier le wikicode]

  1. Charles Marty-Laveaux, La Pléiade françoise, Paris, Alphonse Lemerre, 1898, p. 124