brouiller

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIIIe siècle) Du gallo-roman[1] *brodiculare, de *brodicare, du germanique *bruþą, « brouet » qui donne broth en anglais. Ce verbe est à rapprocher de bruir (« passer à la vapeur »), de l’ancien français bruller (« brûler ») ou de l’anglais broil (« jeter des vapeurs, bouillonner »), brew (« concocter »). Ceci explique le substantif brouillard (proprement : « vapeur »).
Littré[2] le rapproche de l’ancien occitan bruelhar (« pousser, bourgeonner »), du catalan brollar (« jaillir ») mais cette hypothèse ne peut rendre compte des formes trisyllabiques du mot en ancien français[3].
L’italien brogliare, imbrogliare, sbrogliare est emprunté à l’ancien français et nous revient sous la forme de imbroglio.

Verbe [modifier]

brouiller \bʁu.je\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se brouiller)

  1. Mettre pêle-mêle, mêler, mélanger.
    • Pourquoi ce bœuf impassible, et qui ne rumine même pas, semble-t-il attendre, pour ne pas brouiller l’herbe française avec l’herbe allemande ? — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
  2. Chercher à mettre du trouble dans une affaire, rendre confuse, troubler, déranger, altérer, en parlant de choses matérielles qui ne peuvent être mêlées.
    • Voulez-vous donc laisser au gibier le temps de brouiller la voie ? Donnez du cor, mordious ! — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Brouiller du vin, remuer un tonneau, une bouteille de vin, en sorte que la lie ou le sédiment se mêle avec la liqueur.
    • Brouiller une serrure, en déranger les ressorts, l’empêcher de fonctionner.
    • Brouiller les verres d’une lunette, rendre troubles les verres d’une lunette, en détruire la transparence.
    • Brouiller la vue, rendre la vue trouble.
    • Brouiller le teint, causer une altération dans le coloris du teint.
    • Ce mouvement de bile lui a brouillé le teint.
    • Le temps se brouille, le temps se gâte.
  3. (Figuré) Bouleverser, confondre, troubler, en parlant de choses morales, ou des personnes.
    • Les vins puissants qu'il avait absorbés en quantité lui brouillaient la cervelle en même temps que les pensées d'amertume auxquelles il se livrait. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Brouiller les affaires.
    • Cet homme, si l’on n’y prend garde, brouillera tout.
    • Ce que vous venez de lui dire a brouillé toutes ses idées.
  4. Mettre la désunion, la mésintelligence entre des personnes.
    • Waldeck-Rousseau était trop supérieur pour jouer au jeu misérable des colportages de propos. Et puis, loin de songer à brouiller les chefs d’État, il ne cherchait qu’à les rapprocher. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Alphonse lui-même, qui semblait encore le meilleur de tous, eh bien ! ma chère, il s’est brouillé avec moi pour une misère. — (Perlette, chap.4, dans l'Artiste : Revue de Paris, 1847, 4e série, vol.9, p.198)
    • Cet homme est brouillé avec le bon sens, il n’est pas raisonnable, il est extravagant.
    • Il est brouillé avec la grammaire, il parle ou écrit incorrectement.
  5. (Pronominal) Mettre la désunion, la mésintelligence entre des personnes qui vivaient bien ensemble.
    • Les affaires se brouillent de tous côtés.
    • Son cerveau se brouille. On dit plus fréquemment dans ce sens embrouiller.
    • Ces deux amis se sont brouillés.
    • Il s’est brouillé avec toute sa famille.
    • Se brouiller avec la justice, s’exposer aux poursuites de la justice par quelque méfait.

Composés[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France : écouter « brouiller [bʁu.je] »

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Voir brouiller ci-dessus.

Verbe [modifier]

brouiller \Prononciation ?\ transitif (conjugaison)

  1. Mêler.
    • Nus poissonniers de Paris ne puet ne ne doit brooueiller poisson, come morue salée, maqueriau salé et harenc blanc. — (Livre des métiers, XIIIe s.)
    • Meschant est qui te brouille [qui mêle le vin avec de l'eau]
      Je parle aux taverniers.
      — (Basselin, XVe s.)
  2. Embrouiller.
    • Hélas ! avocats emparlés,
      Mainte fois nous avez brouillés,
      Et maintenus en plaidoyers.
      — (Complainte du commun de France, XVe s.)

Dérivés[modifier]

Dérivés dans d’autres langues[modifier]

Paronymes[modifier]

Références[modifier]