cacochyme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du grec ancien κακόχυμος, kakokhumos (« qui contient ou produit un mauvais suc ») d’où, dans la langue médicale, « qui a de mauvaises humeurs ». Le sens médical a glissé vers celui de « en état d’extrême faiblesse due à la vieillesse ».

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
cacochyme cacochymes
\ka.kɔ.ʃim\

cacochyme \ka.kɔ.ʃim\ masculin et féminin identiques

  1. (Soutenu) Que le mauvais état de l’organisme rend sensible aux moindres causes de maladie.
    • Le comte vida la bouteille sans respirer, jeta avec désinvolture quelques coupures sur la table et courut ronfler dans son carrosse qui n’était à vrai dire qu’une spacieuse caisse à savon montée sur roulette et tirée par un poney cacochyme. (René Fallet, Le triporteur, Éditions Denoël, Paris, 1951, page 219.)
    • Il avait dormi dans un fauteuil, à quatre heures de l’après-midi, comme un vieillard cacochyme. (Montherlant)
  2. (Par analogie) Qui rappelle une personne physiquement fragile ou mal en point.
    • [...] pour nous rendre à Genève, nous suivions consciencieusement la route goudronnée, poursuivis par le vieux Jo, le fourgon cacochyme de la colonie, qui soufflait plus que nous dans les lacets de Septmoncel, […] ou ceux du col de la Faucille […]. (Jean-Baptiste Harang, Nos cœurs vaillants, Paris, Grasset, 2010, p. 73-74)
  3. (Figuré) Se dit de la bizarrerie de l’esprit ou de l’inégalité de l’humeur.
    • Hoooou lala ! Vous deux, les vieilles badernes radoteuses, les birbes égrotants et cacochymes, en fait d’inepties vous avez le pompon ! (Aristophane, Ploutos, dieu du fric, 388 av. J.-C., traduit du grec ancien par Michel Host, 2012, p. 49)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

  • cacochymie
  • cacochymique
  • cacochymat [...] la mandibule pendante , sur le bord du cacochymat. - (Montherlant, Un assassin est mon maître, Pléiade, roman II, 1982, p. 1250)

Traductions[modifier]

Références[modifier]