cafetière

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom commun 1) (XIXe siècle) Composé de café, -t- et -ière.
(Nom commun 2) Féminin de cafetier.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
cafetière cafetières
\kaf.tjɛʁ\
Une cafetière à dépression.

cafetière \kaf.tjɛʁ\ féminin

  1. Appareil où l’on prépare l’infusion de café ; machine à café.
    • Vous pouvez aller prendre un café si ça vous dit, j'en ai une pleine cafetière. Vous trouverez les tasses dans le placard au-dessus de l’évier. — (Arnaldur Indridason, Étranges rivages, traduit de l'islandais par Eric Boury, éd. Anne-Marie Métailié, 2013, chap. 13)
  2. Récipient où l’on verse cette infusion pour la servir.
    • Il tenta de se servir un café mais cassa également la cafetière car il n’y connaissait rien […] — (Quentin LECLERC, La Ville fond, Ogre (De l'), 2011)
  3. (Familier) Tête.
    • Son crâne porta sur la pierre
      Avec un beau bruit musical
      Produisant en sa cafetière
      Un bouleversement fatal

      — (Boris Vian, La Mauvaise Mémoire, 1958)
    • Je rentre dans des rochers qui sont plantés au milieu du chemin, et en même temps quelqu’un saute sur le marchepied et me cogne sur la cafetière avec un truc qui me fait l’effet d’être le mot mexicain pour matraque. — (Peter Cheyney, Les femmes s’en balancent, traduction de Michelle et Boris Vian, Gallimard, 1949, page 163)

Variantes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
cafetière cafetières
\kaf.tjɛʁ\

cafetière \kaf.tjɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : cafetier)

  1. (Vieilli) Celle qui vend du café tout fait, ainsi que d’autres boissons, chaudes ou froides.
    • Après cela, il nous conta qu’étant entré dans un café en arrivant à La Haye, après s’y être suffisamment rafraîchi, il voulut payer l’hôtesse et que cette cafetière, qui est une grande et grosse Hollandaise, au lieu de prendre son argent, lui avait serré la main en fermant en même temps la sienne — (Anne-Marguerite Petit du Noyer, Mémoires, vol. 5, 1710-1711, p. 87)
    • Toute la vallée venait jadis y prendre modèle sur les turbans, les chapeaux à visière, les bonnets en fourrures chinoises de la belle cafetière, au luxe de laquelle contribuaient les gros bonnets de Soulanges. — (Honoré de Balzac, Les Paysans, A. Houssiaux, 1855, p. 452)

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]