calembour

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1768)[1] D’origine obscure[2].
  1. Le mot semble bâti sur bourde, et ayant donné naissance à calembourdaine qui a été raccourci en calembredaine[1].
  2. D'après Chasles (Études sur l'Allemagne, 1854), l'origine de ce mot est le nom de l'abbé de Calemberg[2], personnage plaisant de contes allemands de Philipp Frankfurter ; comparez espiègle pour une dérivation semblable[2].
  3. De l’arabe كلام بور, kalem bour (« discours confus, propos abusifs »)[3][4].

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
calembour calembours
\ka.lɑ̃.buʁ\

calembour \ka.lɑ̃.buʁ\ masculin

  1. Jeu de mots fondé sur l’homonymie et la polysémie.
    • Et tous les jours, à la Bourse, on saluait d’un nouveau calembour le spéculateur jalousé. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Té ! Boudiou ! s’écrie notre insupportable voisin qui n’a cessé de dire des insanités et de faire des calembours (et quels calembours, grands dieux !). (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895)
    • Il y a bien quelques milliers de mots en français qui s’écrivent de la même façon et même qui sont le même mot et qui ont des sens extrêmement différents. […]. Vous y trompez-vous ? Cela sert à faire des calembours et à dire qu’une niche est une mauvaise plaisanterie que les maçons font aux saints ; […]. (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
    • Il demandait pour Locke une formule qui fût pour cette philosophie ce qu'est le « Je pense, donc je suis » de Des­cartes. Je répondis par un horrible calembour. « Je penche, donc je suis ». (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, p. 167)
    • La phrase En voyant le lit vide, il le devint. est un calembour souvent attribué à Ponson du Terrail et basé sur l’homonymie de livide et lit vide.

Variantes orthographiques[modifier]

Hyperonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

  1. a et b « calembour », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage
  2. a, b et c « calembour », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 → consulter cet ouvrage
  3. L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, vol. 5, 5e année, Paris, 1869, p. 645
  4. Antoine-Paulin Pihan, Glossaire des mots français tirés de l’arabe, du persan et du turc, Paris, 1866, p. 88