campagnard

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Campagnard

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Dérivé de campagne avec le suffixe -ard.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin campagnard
\kɑ̃.pa.ɲaʁ\
campagnards
\kɑ̃.pa.ɲaʁ\
Féminin campagnarde
\kɑ̃.pa.ɲaʁd\
campagnardes
\kɑ̃.pa.ɲaʁd\

campagnard \kɑ̃.pa.ɲaʁ\

  1. Qui vit ordinairement à la campagne.
    • Gentilhomme campagnard.
    • Avoir l’air campagnard, les manières campagnardes.
  2. Relatif à Campagne, commune française située dans le département de la Dordogne.
  3. Relatif à Campagne-lès-Boulonnais, commune française située dans le département du Pas-de-Calais.
  4. Relatif à Campagne-lès-Guines, commune française située dans le département du Pas-de-Calais.
  5. Relatif à Campagne-lès-Hesdin, commune française située dans le département du Pas-de-Calais.
  6. Relatif à Campagne-lès-Wardrecques, commune française située dans le département du Pas-de-Calais.

Prononciation[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
campagnard campagnards
\kɑ̃.pa.ɲaʁ\

campagnard \kɑ̃.pa.ɲaʁ\ masculin (équivalent féminin : campagnarde)

  1. Personne habitant à la campagne.
    • Impossible de rencontrer un homme mieux assorti à son habitat que ne l’était ce petit campagnard à son vieux château. L’un et l’autre sortaient bien du même sol ; ils étaient presque de la même couleur. — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap.1, 1910)
    • […], on les désignait généralement, le premier sous le nom de gros Zidore, le second sous celui de gros Léon, appellations qui leur seyaient d’autant mieux qu’ils avaient conquis, comme il convenait à leur âge et à leur position sociale, la pointe de bedon qui confère toute son importance au campagnard cossu. — (Louis Pergaud, Un renseignement précis, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • En Belgique, les chèvres étaient assez nombreuses et jouissaient d’une certaine faveur auprès des campagnards, surtout dans les pays ardennais. — (Paul Diffloth, Zootechnie : Chêvres, porcs, lapins , Encyclopédie agricole J. B. Baillière, & fils, 4e éd., 1918, page 62)
  2. (Péjoratif) Personne qui n’a pas les manières et la politesse qu’on acquiert à la ville.

Quasi-synonymes[modifier le wikicode]

Antonymes[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]