capiteux

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du vieil italien capitoso, issu du latin caput (« la tête »).

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin capiteux
\ka.pi.tø\
Féminin capiteuse
\ka.pi.tøz\
capiteuses
\ka.pi.tøz\

capiteux masculin

  1. Qui porte à la tête, en parlant des liqueurs fermentées.
    • […], il décoiffa en même temps une bouteille de laffitte mûri aux feux de la comète de 1811, et une bouteille de clos-Vougeot, enfant capiteux de l’année 1815 ; […]. — (Théodore von Foudras, Les chevaliers du Lansquenet, V.3, chap.14, 1848)
    • Et les fleurs donc !... De grandes campanules bleues, des digitales de pourpre à longs calices, toute une forêt de fleurs sauvages débordant de sucs capiteux !… — (Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, La chèvre de monsieur Seguin)
  2. (Par extension) Qui porte à la tête, en parlant d’une odeur.
    • Les Américaines ont un faible pour la tubéreuse, une fleur blanche solaire et très capiteuse. — (Le parfum de Béatrice Boisserie, février 2016)
  3. (Par extension) Qui enivre, en parlant d’une personne ou d'une partie de son corps.
    • Non, François ne se troublait pas. Cette jouvencelle aux yeux de paille mûre, cette blondeur capiteuse de la chevelure, cet arôme violent d'un corps en plein épanouissement, le remarquait-il ? — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 33)
    • Une « show-girl américaine [...] blonde et capiteuse ». — (Jean-Michel Charlier et Jean Giraud, L’homme qui valait 500 000 $, Dargaud, 1984, p. 3, case 5, 48 p. ISBN 978-2-205-04342-0 ISBN invalide)
  4. (Par extension) Qui enivre, en parlant d’une musique.
    • Le mélomane peu sensible à ces considérations sera toujours sûr de trouver chez Korngold un métier solide, des sonorités capiteuses et des mélodies sensuelles. — (Jacques-Emmanuel Fousnaquer, « Erich Wolfgang Korngold », in Musiciens de notre temps depuis 1945, éditions Plume et SACEM, Paris, 1992, p. 279)


Traductions[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]