carrosse de remise

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1696)[1] Composé de carrosse et remise (« lieu de la maison où l’on met les carrosses et les chariots à couvert »[2]).

Locution nominale [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
carrosse de remise carrosses de remise
\ka.ʁɔs də ʁə.miz\

carrosse de remise \ka.ʁɔs də ʁə.miz\ masculin

  1. (Histoire) De la fin du XVIIe jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, carrosse qui était loué pour une durée convenue à l’avance (de la demi-journée à plusieurs mois), parqué dans une remise dans l’attente d’être commandé par un client, par opposition au fiacre, loué pour des courses ponctuelles ou pour une courte durée et qui attendait sur les places publiques.
    • Carrosse de remise, carrosse au mois, carrosse de louage. Ce sont tous Carrosses établis à Paris pour la commodité publique, qui pour un certain prix servent à ceux qui les louent pendant tout le temps convenu. — (Jacques Savary des Brûlons Dictionnaire universel de commerce, Chez les Jansons, tome 1, 1726, page 565)
    • On appelle Fiacre, tant le cocher que le carrosse de louage. On ne le dit que des carrosses qui tout le jour sont sur la place ; c’est-à-dire, dans certaines places publiques de Paris : car les carrosses de louage qui sont dans les maisons s’appellent carrosses de remise, et non pas fiacres. — (Dictionnaire de Trévoux, Compagnie des libraires associés, tome 3, 1752, page 776)
    • Entre la Barre et Montmorency je rencontrai dans un carrosse de remise quatre hommes en noir, qui me saluèrent en me souriant. — (Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, 1813 (posthume), livre XI)
    • Nous lui offrîmes un carrosse & des chevaux ; il nous remercia avec ce ton de politesse, brusque, naturelle aux marins, prit un carrosse de remise au mois, avec lequel il courrait tout Paris tous les jours. — (Henri-François de La Solle, Mémoires de Versorand, Jean-Edmé Dufour, tome 2, 1774, page 177)

Synonymes[modifier le wikicode]

Antonymes[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Pierre-François Gillet, Plaidoyers et autres oeuvres de M. Gillet, J. Boudot, 1696, page 152
  2. Antoine Furetière, Dictionnaire universel, A. et R. Leers, 1690