centenier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : centenièr, Centenier

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1539) Du latin centenarius.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
centenier centeniers
\sɑ̃.tə.nje\

centenier \sɑ̃.tə.nje\ masculin

  1. (Antiquité) (Rare) Officier de la milice romaine qui succéda au centurion, et qui commandait une troupe de cent hommes ; centurion. Note : ce mot n’est guère employé que dans les traductions de l’évangile.
    • Comme Jésus entrait dans Capharnaüm, un centenier l’aborda, le priant et disant: Seigneur, mon serviteur est couché à la maison, atteint de paralysie et souffrant beaucoup. Jésus lui dit: J’irai, et je le guérirai. Le centenier répondit : Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit; mais dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri. Car, moi qui suis soumis à des supérieurs, j’ai des soldats sous mes ordres; et je dis à l’un : Va ! et il va ; à l’autre : Vien ! et il vient ; et à mon serviteur : Fais cela ! et il le fait. — (Évangile selon Saint Matthieu (8: 5-13))
  2. (Autrefois) Se disait, dans certaines villes de France, de celui qui commandait cent hommes de garde bourgeoise.
    • Au-dessous encore existaient d’autres assemblées : celles des vicaires, des centeniers ; que dis-je, les moindres bénéficiers, les intendants des fermes royales, tenaient des plaids comme les comtes. — (Jules Michelet, Histoire de France, tome I, A. Lacroix et Cie, Paris, 1880, p. 357)

Synonymes[modifier le wikicode]


Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien occitan[modifier le wikicode]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin centenarius.

Nom commun [modifier le wikicode]

centenier masculin

  1. Centenier.

Références[modifier le wikicode]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844