chômedu

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : chomedu

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1960) Apocope de chômage avec remplacement du suffixe par -du, que l’on rencontre dans quelques autres termes argotiques comme loquedu.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier
chômedu
\ʃom.dy\

chômedu \ʃom.dy\ masculin singulier

  1. (Argot) Synonyme de chômage.
    • Alors voilà, le Vieux est positivement au chômedu. Il l’ignore encore pour quelques minutes. Laissons-les-lui. Cinq minutes de vie, c’est bon à prendre, a dit Giraudoux. — (San Antonio, Vol au-dessus d’un lit de cocu, Fleuve noir, 1978)
    • Ajoute à ça qu’on est au chômedu, qu’y a beau temps qu’on baise plus avec son bonhomme, ni avec quiconque, qu’on a quarante-sept berges et aucun espoir de rivière entre elles. — (Jeanne Cordelier, Reconstruction, page 238, Phébus, 2010)
  2. (Argot) Synonyme de chômeur.
    • Toujours quelques bons amis pour communier avec lui au même zinc… des vieux, des jeunes, n’importe qui, surtout des demi-cloches, bohêmes, étudiants qui n’étudient que la géographie bistrotière de la capitale, peintres ratés, comploteurs en déroute, chomedus chroniques, professeurs qui n’enseignent rien, acteurs en quête de contrat, turfistes déçus, jusqu’à des mendigots en loques ! — (Alphonse Boudard, La Cerise, Plon, Paris, 1963)

Variantes[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
chômedu chômedus
\ʃom.dy\

chômedu \ʃom.dy\ masculin et féminin identiques

  1. (Argot) Synonyme de chômeur, chômeuse.
    • D’humeur métaphorique, j’y vis la représentation de nous autres les chômedus : agités en tous sens, obsédés par l’idée de rebondir sans trop savoir pourquoi. — (Francis Mizio, L'Agence Tous-Tafs, page 268, Flammarion, 1998)
    • La fin mérite carrément le navet d’or du Petit Forestier Illustré : le Margariné, dans un souterrain, est attaqué par huit statues en rocher (en fait, huit chômedus matelassés de papier kraft), puis attaché entre deux mâchoires géantes qu'il casse à coups de pectoraux. — (François Forestier, 101 Nanars, une anthologie du cinéma affligeant (mais hilarant), Maciste contre les hommes de pierre, Denoël, 1996)

Variantes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]