chambriste

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De chambre, avec le suffixe -iste.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
chambriste chambristes
\ʃɑ̃.bʁist\

chambriste \ʃɑ̃.bʁist\ masculin et féminin identiques

  1. Membre d’une certaine secte catholique, en France, au début du XIXème siècle.
    • Chambristes : surnom que l’on donna, en France, à des prêtres qui refusèrent de reconnaître la légitimité du Concordat ; ce nom leur vint sans doute de ce qu’ils célébraient l’office divin dans des chambres. En 1825, un journal protestant, Les archives du christianisme, annonçait que dans la commune de Massat, au pied des Pyrénées, composée de six mille âmes au moins, les deux tiers étaient puristes ou chambristes. Il ajoutait : « Leur aversion pour les autres catholiques est si grande, qu’ils regardent comme un péché mortel de poser seulement le pied sur le seuil de la porte de leurs églises. Ils font leurs services religieux et ensevelissent leurs morts sans aucun cérémonial extérieur. » Outre Massat et les villages voisins, il y avait beaucoup de ces sectaires près de Saverdun. — (Encyclopédie Théologique publiée sous la direction de l’abbé Migne, tome XXIV, s. v. ; Ateliers catholiques, Paris [Petit-Montrouge], 1848, col. 844.)
  2. Dans certains collèges religieux d’autrefois, élève interne qui avait le privilège d’être logé dans une chambre particulière et non dans un dortoir.
    • Les pensionnaires étaient divisés en deux catégories. Les uns, appelés chambristes, étaient logés dans des chambres particulières. Les chambristes pouvaient avoir des précepteurs particuliers, et des domestiques, attachés à leur personne, qui habitaient à côté d’eux. Mais ils étaient l’exception. Les autres pensionnaires étaient logés dans des chambres communes ; il y en avait autant que de classes. — (Émile Durkeim, L’évolution pédagogique en France de la Renaissance à nos jours, chapitre VI ; Librairie Félix Alcan, Paris, 1938, page 88.)


Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]