chemineau

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom commun 1) → voir cheminer.
(Nom commun 2) → voir cheminée.
(Nom commun 3) Peut-être du latin simila (« fleur de farine ») par l'intermédiaire du bas latin similellus puis du ancien français siminel («sorte de gateau»).

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
chemineau chemineaux
\ʃə.mi.no\
ou \ʃmi.no\

chemineau \ʃə.mi.no\, \ʃmi.no\ masculin

  1. (Vieilli) (Désuet) Ouvrier qui parcourt les campagnes.
    • Comme le chemineau chemine, le trottin trottine. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 342)
    • Notre voisin, enrhumé et doux, secoué d’éternuements en série, ne manquait pas de déguiser ses cerisiers en vieux chemineaux et coiffait ses groseilliers de gibus poilus. — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 35)
    • Il est à moitié mort de fatigue et de froid, car il a voyagé pendant plusieurs jours à la manière d’un chemineau, avec un paquet de hardes et des outils sur l’épaule. — (Léon Frapié, La régularisation, dans Les contes de la maternelle, éditions Self, 1945, pages 81-82)
  2. (Vieilli) (Péjoratif) Vagabond, rôdeur, qui vit de petites besognes, d’aumônes ou de larcins.
    • Il ferma la porte avec fracas et ils l’entendirent distinctement dire à sa femme en se servant du mot dont on désigne les chemineaux :
      – C’est un roulant avec sa roulante.
      — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 91)
    • Un chemineau, éconduit à la nuit tombante par notre cuisinière, refusait de s’éloigner, glissait son gourdin entre les battants de la porte d’entrée, jusqu’à l’arrivée de mon père… — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, réédition Le Livre de Poche, 1960, page 25)
    • Dans l’antichambre, l’homme mal rasé, au veston sale, me dévisagea, comme un chien de garde soupçonneux regarde passer un chemineau. — (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 105)
    • Le plus crasseux des chemineaux se sentirait atteint dans sa dignité d’homme si quelque aubergiste des plaines lui proposait pareil logement. Mais, pour nous autres, c’est tout simplement un palais où nous pénétrons avec ravissement. Tel est le miracle des hautes altitudes. — (Samivel, L’amateur d’abîmes, 1940, réédition Le Livre de Poche, page 244)

Synonymes[modifier le wikicode]

→ voir SDF

Nom commun 2[modifier le wikicode]

chemineau \ʃə.mi.no\, \ʃmi.no\ masculin

  1. Autre graphie de cheminot.
  2. Cheminée portative en terre cuite.

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 3[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
chemineau chemineaux
\ʃə.mi.no\
ou \ʃmi.no\

chemineau \ʃə.mi.no\, \ʃmi.no\ masculin

  1. (Cuisine)(Ouest de la France) Gâteau à pâte lourde, compacte.
  2. (Rouen) Petit pain en forme de turban, qui autrefois était mangé durant le carême avec du beurre. Genre d'échaudé. (Note: dans Madame Bovary, Flaubert parle d'aller manger des cheminots à Rouen pour la fête des Rois)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]


Homophones[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]