cheurfa

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
chérif
\ʃe.ʁif\
chérifs
\ʃe.ʁif\
cheurfa
\ʃœʁ.fɑ\

cheurfa \ʃœʁ.fɑ\ masculin

  1. (Maroc) Un des pluriels traditionnels de chérif.
    • Sidi Mohammed et Mouley Omar, les frères aînés du jeune Sultan, furent jetés en prison, et, grâce aux mesures énergiques de Si Ahmed Ben-Mousa, à l'appui de l'armée, de la majorité des cheurfa (pluriel de chérif) et des savants ouléma de Fez, […], les troubles, qui suivent toujours le trépas des sultans du Maroc, furent peu étendus et bientôt réprimés. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 61)
    • En outre de ces trois familles, il existe des tribus entières qui se déclarent cheurfa. Elles sont généralement méprisées pour leur paresse et leur prétention de vivre du travail des autres. — (Armée, marine, colonies, Jules de Cuverville, 1903, vol.2, page 710)

Notes[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
cheurfa cheurfas
\ʃœʁ.fɑ\
Parfois, l'on trouve cheurfa traité comme un singulier, avec le sens de chérif ; son pluriel suit les règles du pluriel en français:
  • Deux facteurs attisent les haines. Cette guerre est une guerre de religion doublée d'une guerre civile. Souvent les marabouts et les cheurfas, descendants du Prophète ou se disant tels, font avec succès concurrence à Abd-el-Kader. — (Pierre Darmon, Un siècle de passions algériennes: Histoire de l’Algérie coloniale (1830-1940), Fayard, 2009)
  • La tribu des Cheurfas descend directement du prophète Mohamed, et à ce titre les hommes ne font strictement rien, le travail étant en quelque sorte un déshonneur. Ils se contentent d'apporter la bénédiction d'Allah aux croyants; […]. — (Jean Dupouy, Instit au Sahara, Éditions Publibook, 2014, page 94)
Nous retrouvons ici, depuis la même langue d'étymologie, la même évolution linguistique que celle de targui, touareg et touaregs.

Variantes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]