ciseaux d’Anastasie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Madame Anastasie d’André Gill. Caricature parue en 1870 dans le journal satirique L'Éclipse (n° 299).
Allusion à une caricature d’André Gill parue en 1870 dans le journal satirique L'Éclipse (n° 299). Le personnage, une vieille femme appelée « Madame Anastasie » porte un bonnet et sur laquelle est perché un hibou, tient une paire de ciseaux d’une taille démesurée. Un personnage tenant des ciseaux est cependant attesté auparavant[1].
Dans les années 1870, un ministre de l’Intérieur français, Ernest Pinard, a été baptisé « Ernest Communiqués » à cause des mots qu’il utilisait. Un journal qu’il attaquait régulièrement a décidé de le baptiser « Anastasie Communiqués » parce que ce prénom était régulièrement utilisée dans les vaudevilles de cette époque. La censure a aussi été surnommée « Anastasie Censure »[2].

Locution nominale [modifier le wikicode]

ciseaux d’Anastasie \si.zo d‿a.nas.ta.zi\ masculin pluriel

  1. (Littéraire) (Au pluriel) Censure d’État.
    • C’est d’ailleurs à travers elle que le roman le plus célèbre de la Première Guerre mondiale est publié et, chose étonnante, aucune de ses pages n’est la proie des «ciseaux d’Anastasie». Est-ce parce que Le Feu est qualifié de fiction? — (Stéphanie Dalbin, Visions croisées franco-allemandes de la Première Guerre mondiale: Étude de deux quotidiens : la Metzer Zeitung et L’Est Républicain, Convergences/Peter Lang, 2007, p.2)
    • Elle se bâtit pour cela son propre microcosme, espace ouvert aux vérités les plus secrètes, sur la toile d’internet, loin des ciseaux d’Anastasie, des monitions du PAF, du corps des médiacrates qui distribuent l’imprimatur. — (Frédéric Mathieu, D’un plateau l’autre : Le journalisme à la sentine, à compte d’auteur, 2011, p.111)

Traductions[modifier le wikicode]

Source[modifier le wikicode]

  1. La presse à la Une, BnF, 2016
  2. Frédérique Roussel, censure Ciseaux d’Anastasie communiqué, Libération, 20 août 2011