clergeon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Probablement dérivé de clerc, peut-être par analogie à bourgeon.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
clergeon clergeons
\klɛʁ.ʒɔ̃\

clergeon \klɛʁ.ʒɔ̃\ masculin (pour une femme on dit : clergeonne)

  1. (Familier), (Souvent péjoratif) Enfant de chœur.
    • Un Racine exagérant « Port-Royal », devenu à son déclin d’un mysticisme exalté, tournant de longues heures le long des murs de sa chambre, en clergeon, portant la croix, tandis que son fils revêtu des vêtements sacerdotaux officiait, et que ses filles représentaient divers membres du clergé […] — (Paul Duplessis de Pouzilhac, Les Goncourt et la médecine, thèse de doctorat de la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue le 26 mai 1910, Imprimerie Gustave Firmin, Montane & Siccadi, Montpellier, 1910, p. 12)
    • S’il y eut des saintes et des martyres, en revanche point de papesses ou seulement de clergeonnes. La messe est purement virile. — (Roger Judrin, Goûts et couleurs : portrait abécédaire, Plon, 1966, p. 108)
    • Le curé Patard enfourchait un engin rugissant, sur lequel il prenait en croupe un clergeon, et les deux motards en surplis allaient porter aux mourants, à quatre-vingt à l'heure, des extrêmes-onctions qui s'annonçaient par un bruit formidable d'échappement. — (Gabriel Chevallier, Clochemerle-Babylone, PUF, 1954, p. 122)
  2. (Par extension), (Vieilli) Très jeune séminariste.
    • “Il a une bonne écriture, le clergeon : ça, je ne dirai pas le contraire !” — ( Roger Martin du Gard, Vieille France, Gallimard, 1933 ; éd. Le Livre de Poche, p. 112.)
    • Il revint brusquement vers le clergeon, posa paternellement les deux mains sur ses épaules. — (Georges Bernanos, Un Crime, 1935)

Traductions[modifier le wikicode]