clinch

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l'anglais clinch.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
clinch clinchs
\kilntʃ\

clinch \kilntʃ\ masculin

  1. (Arts martiaux) (Anglicisme) Saisie de l'adversaire debout.

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • clinch sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Apparenté à cling.

Verbe [modifier le wikicode]

Temps Forme
Infinitif to clinch
\ˈklɪntʃ\
Présent simple,
3e pers. sing.
clinches
\ˈklɪntʃ.ɪz\
Prétérit clinched
\ˈklɪntʃt\
Participe passé clinched
\ˈklɪntʃt\
Participe présent clinching
\ˈklɪntʃ.ɪŋ\
voir conjugaison anglaise

clinch \ˈklɪntʃ\ transitif

  1. Conclure.
  2. Serrer, verrouiller.
  3. Tordre la pointe d'un clou avec un marteau pour empêcher qu'il ne s'enlève.

Dérivés[modifier le wikicode]

Synonymes[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
clinch
\ˈklɪntʃ\
clinches
\ˈklɪntʃ.ɪz\

clinch \ˈklɪntʃ\

  1. Embrassade.
  2. (Arts martiaux) Clinch.
  3. (Technique) Rivetage.
  4. (Marine) Étalingure.

Prononciation[modifier le wikicode]

Néerlandais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l'anglais clinch, terme de boxe.

Nom commun [modifier le wikicode]

Pluriel
clinches
clinchen

clinch \Prononciation ?\

  1. (Arts martiaux) (Anglicisme) Clinch.
    • (Figuré) in de clinch liggen, gaan, raken met iemand : en découdre avec qn., croiser le fer avec qn., se mettre en querelle contre qn.

Taux de reconnaissance[modifier le wikicode]

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 92,2 % des Flamands,
  • 91,0 % des Néerlandais.


Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]