clouaison

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
clouaison clouaisons
\Prononciation ?\

clouaison \Prononciation ?\ féminin

  1. (Archaïsme) Cloison ; construction pour séparer ; clôture.
    • Et jusqu'à ce que ledit foussé ou clouaison soit faite, si les bêtes échappent ou entrent audit Bois ou èsdits Clairets, ils n'en payeront aucune amende; et que tous les procès qui étaient pendans et indécis entre les dessus dits demeureraient nuls, […]. — (« Le 1er juin 1545, transaction entre le seigneur de Serrant, et les communes de Denée et Mozé », cité dans Cantonnements, § VIII, dans le Recueil alphabétique des questions de droit qui se présentent le plus fréquemment devant les tribunaux, par M. Merlin, 4e édition, tome 2 (Bel-Cur), Paris : chez Garnery, 1827, p. 11)
  2. (Histoire) Enceinte fortifiée.
    • Au début de la Guerre de Cent Ans, l’édification d’une nouvelle enceinte, la clouaison, manifeste ce changement. La construction du rempart, très irrégulier dans son plan, très hétérogène dans sa réalisation, commença par le sud et l’ouest en 1356 et se termina par le nord en 1368. — (Bastien Lefebvre, La formation d’un tissu urbain dans la Cité de Tours : du site de l’amphithéâtre antique au quartier canonial (5e-18e s.), thèse de doctorat d'histoire, Université François Rabelais de Tours, soutenue le 2 décembre 2008, p. 78)
    • Le 30 mars 1356, le roi de France Jean le Bon approuve la construction de l’enceinte que les habitants de Tours ont déjà entreprise « dans le besoin urgent de parer aux dangers de la guerre ». Cette nouvelle enceinte, dénommée « la clouaison », réunit toute la ville en une seule entité. — (Atlas archéologique > Tours > Synthèse par thèmes : Système défensif, sur le site de l'INRAP, (https:/multimedia.inrap.fr), octobre 2009)
  3. (Histoire) (Par extension) Impôt destiné à financer ces fortifications.
    • Les recettes, inscrites en premier, sur des comptes en parchemin, proviennent pour l'essentiel d'une série d'impôts : des octrois ou «devoirs de clouaison», des «billots» ou «apétissements» et plus tard des «cinquaign», «dizain», «vingtain», […]. — (Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain au Moyen âge, Éditions Maloine, 1981, p. 145)
    • L’identité du corps de ville s’est structurée à l’occasion des présentations de comptes, autour de la double question militaire et fiscale que le vocable de « clouaison », désignant à l’origine les remparts de la ville, puis par analogie l’impôt destiné à financer la fortification, recoupe bien. — (Mathieu Pichard-Rivalan, Rennes, naissance d'une capitale provinciale (1491-1610), thèse de doctorat sous la direction de Philippe Hamon, Université de Rennes 2, soutenue le 6 décembre 2014, p. 29)
  4. (Architecture) Sorte de jubé.
    • La soirée a été ponctuée par des chants émouvants de la musique traditionnelle géorgienne, tous plus beaux les uns que les autres. Des chants séculaires, qui ont trouvé un écrin de choix dans cette belle église d'origine romane, dotée d'une clouaison, l'équivalent du jubé des cathédrales qui symbolise la séparation des clercs et des laïcs. — (Saint-Victor-de-Buthon : « L’ensemble Didi Sopheli enchante le public », le 27/03/2017, sur le site de La Montagne (www.lamontagne.fr))

Traductions[modifier le wikicode]