coiffeuse

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1669)[1] Du moyen français coiffe (XIIIe siècle), venant de l’ancien français coiffe (« ajustement de tête pour les femmes ») (XIe siècle)[1]. Le sens de meuble est attesté en 1922[1].

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
coiffeuse coiffeuses
\kwa.føz\

coiffeuse \kwa.føz\ féminin

Coiffeuse à Abidjan (la personne)
Une coiffeuse (le meuble)
  1. Personne, artisane, salariée ou même jadis employée de maison, dont le métier est de couper et coiffer les cheveux (le mot équivalent masculin est coiffeur).
    • Cette détermination ne lui donnait pas l’air tendre lorsqu’il frappa à la porte de la Catalane.
      Ce fut la coiffeuse qui vint lui ouvrir.
      — (Alexandre Dumas, Olympe de Clèves, vol. 1, Paris : chez Michel Lévy frères, 1872, p. 271)
    • Autrefois, dans les villages, la coiffeuse appelée aussi tresseuse, était le plus souvent la femme d’un forgeron, d’un griot, d’un artisan ou une descendance de ces castes. — (Albert Ferral, Coiffures africaines, ou, L’art de la tresse, 1988)
    • Cependant, la mode des coiffeuses pour dames ne naît qu’au XVIIe siècle, avec l’apparition de coiffeuses parisiennes réputées telles la Baransay ou la Jeanneton, bien que ce soit seulement en 1772 que les femmes aient été officiellement autorisées à exercer ce métier. — (Dictionnaire de l’artisanat et des métiers, Institut supérieur des Métiers, Éditions du Cherche Midi, 2012, p. 31)
    • Pendant qu’elles discutent, le blond pisseux disparaît progressivement sous le produit que la coiffeuse étale sur la chevelure à l’aide d’un pinceau. — (Stéphane Hurel, Tatouée du dragon, Éditions Le Manuscrit, 2004, p. 78)
  2. (Mobilier) Meuble disposant d’un miroir et d’endroits destinés à ranger son matériel, utilisé pour se coiffer, se maquiller, etc.
    • Le duc de Richelieu, ardent ennemi de Maurepas qu’il savait hostile à ses maraudes militaires, saisit l’occasion d’écrire quelques vers et de les placer sur la glace de la coiffeuse de la marquise, en faisant croire que Maurepas en était l’auteur. — (Paule Beaud-Ladoire, Mancini Mazarin, dernier duc de Nevers (1716-1798) : Une injustice de l’histoire, Éditions Christian, 2001, p. 87)
    • Elle ouvre le premier tiroir de sa coiffeuse pour s’emparer de l’original de son travail. Elle va le détruire, le réduire en cendres dans la jolie cheminée du salon. — (Cerise Bellicanj, Le Très Petit Monde de la Teigne (T.P.M.T.), TheBookÉdition, 2010, p. 91)
    • Je me suis dirigée vers le miroir de la coiffeuse et je me suis penchée en avant, les mains posées entre les produits de maquillage. Mon reflet m’a retourné mon regard. — (Gena Showalter, Chroniques de Zombieland , tome 2 : Alice et le miroir des Maléfices, traduit de l’anglais, éd. Mosaïc, 2015, chap. 6)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • \kwa.føz\
  • France (Occitanie) : écouter « coiffeuse »


Références[modifier le wikicode]

  1. a b et c « coiffeuse », dans le FEW (Französisches Etymologisches Wörterbuch)→ consulter cet ouvrage