compère

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Du latin compater (« compère, parrain »), composé de cum et de pater.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
compère compères
\kɔ̃.pɛʁ\

compère \kɔ̃.pɛʁ\ masculin (pour une femme, on dit commère)

  1. (Désuet) Parrain d’un enfant, par rapport à la marraine.
  2. (Par extension) (Familier) Quelqu’un avec qui on vit habituellement, à qui l’on parle librement.
    • elle [Catherine de Médicis] l [Le connétable Anne de Montmorency]’appellle toûjours mon compere, auſſi bien que le Roy [Henri II] — (Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678)
    • Comme ils étaient en ce temps-là les deux seuls fusils de la commune, dès qu’un paysan avait repéré les lieux et heures de sortie d’un lièvre, […], il s’en venait annoncer la chose à l’un ou l’autre des deux compères, […]. — (Louis Pergaud, Un renseignement précis, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Puis, d'autorité, il apporte une piste de 421. Vissés au zinc, les deux vieux compères poursuivent leur conversation. — (Franck Maubert, Ville close, Éditions Ecriture, 2013)
  3. Celui qui est secrètement d’intelligence avec un escamoteur, avec un charlatan, pour l’aider à faire ses tours, à abuser le public.
    • Cet escamoteur, ce charlatan a des compères, est bien secondé par ses compères.
  4. (En général) Personne qui en seconde une autre pour quelque supercherie.
    • Un tel prépare ses bons mots, et il a un compère qui l’aide à les amener dans la conversation.
  5. Homme adroit, subtil et artificieux.
  6. Homme qui se montre un bon compagnon ; homme agréable et de bonne humeur.
  7. (Théâtre) Chacun des deux principaux personnages d’une revue. → voir commérer

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]