compère

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Du latin compater (« compère, parrain »), composé de cum et de pater.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
compère compères
\kɔ̃.pɛʁ\

compère \kɔ̃.pɛʁ\ masculin (pour une femme, on dit commère)

  1. (Désuet) Parrain d’un enfant, par rapport à la marraine.
  2. (Par extension) (Familier) Quelqu’un avec qui on vit habituellement, à qui l’on parle librement.
    • elle [Catherine de Médicis] l [Le connétable Anne de Montmorency]’appellle toûjours mon compere, auſſi bien que le Roy [Henri II] (Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678)
    • Comme ils étaient en ce temps-là les deux seuls fusils de la commune, dès qu’un paysan avait repéré les lieux et heures de sortie d’un lièvre, […], il s’en venait annoncer la chose à l’un ou l’autre des deux compères, […]. (Louis Pergaud, Un renseignement précis, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Puis, d'autorité, il apporte une piste de 421. Vissés au zinc, les deux vieux compères poursuivent leur conversation. (Franck Maubert, Ville close, Éditions Ecriture, 2013)
  3. Celui qui est secrètement d’intelligence avec un escamoteur, avec un charlatan, pour l’aider à faire ses tours, à abuser le public.
    • Cet escamoteur, ce charlatan a des compères, est bien secondé par ses compères.
  4. (En général) Personne qui en seconde une autre pour quelque supercherie.
    • Un tel prépare ses bons mots, et il a un compère qui l’aide à les amener dans la conversation.
  5. Homme adroit, subtil et artificieux.
  6. Homme qui se montre un bon compagnon ; homme agréable et de bonne humeur.
  7. (Théâtre) Chacun des deux principaux personnages d’une revue. → voir commérer

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]