consœur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : consoeur

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1342) Dérivé de sœur avec le préfixe con-, sur le modèle de confrère.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
consœur consœurs
\kɔ̃.sœʁ\

consœur \kɔ̃.sœʁ\ féminin (pour un homme, on dit : confrère)

  1. Celle qui fait partie d’une consœurie, d’une compagnie, d’une société religieuse, littéraire ou artistique, particulièrement quand elle a été admise par les autres membres à en faire partie.
  2. (Par extension) Celle qui exerce la même profession libérale qu’un autre membre de ce métier.

Notes[modifier le wikicode]

Les recommandations au sujet de l’emploi de consœur données par le Bon usage de la langue française de Maurice Grevisse ont beaucoup évolué au fil des éditions successives.

Dans son édition de 1975, il était expliqué que, comme les substantifs se terminant par -e, le féminin de confrère peut aussi être une confrère (sur le modèle de un collègue, une collègue, un artiste, une artiste)[1]. Selon cette édition, consœur serait réservé à un membre d’une compagnie ou confrérie uniquement féminine, tandis que confrère, au masculin ou au féminin, serait utilisé pour désigner des membres d’une compagnie ou d’une confrérie d’hommes et de femmes.

L’édition de 2007 note que « cette distinction tend à disparaître et l’Académie (qui a accueilli consœur en 1988) n’en fait pas mention »[2].

L’édition de 2016 mentionne consœur comme le féminin de confrère, avec des explications historiques[3].

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Sources[modifier le wikicode]

  1. Maurice Grevisse, Le Bon usage de la langue française, Duculot, 1975, 10e éd., page §246.
  2. Maurice Grevisse, André Goosse, Le Bon usage de la langue française, De Boeck Duculot, 2007, 14e éd.
  3. Maurice Grevisse, André Goosse, Le Bon usage de la langue française, De Boeck Supérieur, 2016, 16e éd., page 715.

Bibliographie[modifier le wikicode]