conspirer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin conspirare.

Verbe [modifier le wikicode]

conspirer \kɔ̃s.pi.ʁe\ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Poursuivre en commun avec plusieurs personnes quelque dessein bon ou mauvais.
    • Une faction puissante conspire avec les tyrans de l’Europe pour nous donner un roi, avec une espèce de constitution aristocratique.— (Maximilien de Robespierre, Discours contre Brissot & les girondins, 10 avril 1793)
    • Le pays de Vaud , de tout temps français par ses habitudes, ses mœurs, son caractère, son commerce, ses besoins, son langage, conspirait, à la faveur du voisinage de la révolution, pour s'affranchir de l’oligarchie bernoise. — (« Mémoires de Napoléon, chap. 2 : Politique du Directoire », dans les Mémoires pour servir à l'histoire de France sous Napoléon, écrits à Sainte-Hélène par les généraux qui ont partagé sa captivité, vol. 6, écrit par le général comte de Monthelon, Paris : chez Firmin Didot père et fils & Bossange frères , Berlin : chez G. Beimer, 1825, p. 48)
  2. On dit aussi transitivement, mais seulement en mauvaise part.
    • Conspirer la ruine de l’état, la perte, la mort de quelqu’un.
    • (Absolument) Le gouvernement fut avisé que l’on conspirait dans la ville.
  3. (Usage impersonnel) Contribuer au même effet.
    • Tout conspirait à la gloire du roi, à la prospérité de l’état.
    • Tout conspire à sa perte.
    • Tout conspirait à me nuire.
    • Tout conspire contre lui, contre ses intérêts.
    • Tout conspire en sa faveur, tout conspire pour lui.

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]