contempler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin contemplari.

Verbe [modifier]

contempler \kɔ̃.tɑ̃.ple\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Considérer avec toute la force de son attention, soit avec les yeux, soit par la pensée.
    • Mais venez, au déclin du jour, contempler notre flotte joyeuse, groupée autour du vaisseau amiral qui porte les pères de la patrie et les héros de la fête. (Guillaume Fatio, La campagne genevoise d'après nature, Société des arts, 1899, p. 98)
    • Vers l’est, l’océan nuageux s’étendait bleu sombre à perte de vue, et Bert crut qu’il contemplait l’hémisphère entier du monde. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 95 de l’éd. de 1921)
    • Je vais m’étendre dans la prairie, sous un pommier aux pommes vertes et dures. Je peux dormir au-dessous d’elles, je peux les contempler sans crainte, et même sans l’appréhension d’avoir à inventer, l’une tombant, les lois du monde. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Il contempla son verre où la lumière de la lampe se réfractait et soupira :
      — Nul n'y peut rien!
      (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, p. 90)
    • Helmy buvait ses paroles, contemplait ses yeux alternativement enflammés et tendres, et caressait lentement la main qu’elle lui abandonnait. (Out-el-Kouloub, Nazira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », Édition Corrêa, 1940)
    • Il contemplait les pousses des palmiers arrosées par de petit canaux d’eau boueuse, les scarabées qui couraient sur le sable chaud et s’arrêtaient tout net à l’approche de son pas. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », Édition Corrêa, 1940)
    • Inquiets, certains clients quittent le café mais, à peine sortis, s'arrêtent derrière la vitre pour contempler une dernière fois le soulographe. (Jean-Michel Olivier, Les Innocents, L'Âge d'Homme, 1996, p.42)

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]