cotonneusement

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De cotonneux avec le suffixe -ment.

Adverbe [modifier le wikicode]

cotonneusement \kɔ.tɔ.nøz.mɑ̃\ invariable

  1. (Figuré) Sans énergie, sans vigueur.
    • Comment ! ce bourgeois timoré qui traîne si cotonneusement sa femme, une créature malingre et molle, quoique soigneusement étoffée, devient soudain un vaillant cavalier dès qu’il a au bras sa simple, robuste et fière maîtresse ! — (Xavier Aubryet, Les Jugements nouveaux. Philosophie de quelques œuvres, A. Bourdilliat, 1860, p. 113)
    • ...Esmé se dit qu’elle est comme les poissons, elle aussi gire et vire cotonneusement en rond dans un bocal invisible qui emprisonne. — (Catherine Safonoff, La Part d’Esmé, Éditions L’Âge d’Homme, 1993, p. 111)
  2. (Figuré) Douillettement, comme dans du coton.
    • Certes, cotonneusement réfugié à Bâle, loin des débats et des controverses qui agitaient le microcosme théologique, Érasme aurait pu continuer de s’en tenir à une stricte neutralité et de poursuivre l’établissement des savantes éditions qui jusque-là avaient essentiellement contribué à sa gloire. — (Bernard Quilliet, L’Acharnement théologique. Histoire de la grâce en Occident, Fayard, 2007, chap. 10)
  3. (Figuré) D’une manière vague, sans consistance.
    • Petites, avec Jeanne, on s’amusait à ne pas penser, à penser à rien, cotonneusement... — (Marie Darrieussecq, Bref Séjour chez les vivants, P.O.L, 2001, p. 30)
  4. (Figuré) D’une manière assourdie.
    • J’écoutai. Des coups sourds, espacés montaient en effet cotonneusement du sous-sol. — (Germaine Beaumont, La Roue d’infortune, Plon, 1948, p. 147)
  5. (Peinture) Sans contraste, sans relief.
    • On pourrait désirer les jambes plus fines, la tête moins mignarde et le tout moins cotonneusement fait ; mais enfin c’est une jolie peinture. — (Laurent-Jan, « Granet, Wyld, aquarelles » dans Salon de 1839 : dessins par les premiers artistes, Bureau du Charivari, 1839, p. 34)
    • Nous dessinions des nez, des bouches, des oreilles. Les plus avancés seuls s’élevaient jusqu'à la figure d’ensemble, soigneusement ombrée de hachures ou cotonneusement charbonnée d’estompe. — (Henri Clouzot, « Les nouvelles méthodes de dessin » dans L’Europe nouvelle, 5e année, n° 33, 19 août 1922, p. 1044)

Prononciation[modifier le wikicode]