couac

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom commun 1) (XVIe siècle) Onomatopée exprimant un bruit sec et retentissant → voir cvak en tchèque, squawk en anglais, etc.
(Nom commun 2) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
couac couacs
\kwak\

couac \kwak\ masculin

  1. (Musique) Onomatopée qui s’emploie pour désigner une fausse note rendue par une voix ou par un instrument de musique.
    • Érato s'apprête donc à s'emparer de la lyre pour chanter lorsqu’Euterpe la retient : la lyre n'est pas l'instrument qui lui convient, elle appartient à la muse de la poésie et Érato ne saurait en tirer que des couacs : […]. — (Jacques Joly, Les Fêtes théâtrales de Métastase à la Cour de Vienne (1731-1767) , 1976, page 389)
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. (Figuré) (Familier) Faux pas ; maladresse.
    • Chaque jour, ce gouvernement nous fait son petit couac et nous prouve qu’il n’est encore qu’une équipe d’amateurs qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’est la direction d’un pays. — (Thierry Desjardins, Couac de plus ou ballon d’essai ?, thierry-desjardins.fr, 30.10.2012)
    • Cependant, ce type de récit réfère surtout au domaine de « l’histoire orale » : ce sont les couacs de la vie quotidienne, une approche spontanée, populaire du devenir humain qui interviennent en priorité. — (Françoise Léziart, Vérité et illusion dans le récit de vie cubain, 2003)
  3. (Astrophysique) Augmentation brutale et non prévisible de la fréquence de récurrence des impulsions émises par un pulsar, perturbant temporairement la lente décroissance de cette fréquence.

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
couac couacs
\kwak\

couac \kwak\ masculin

  1. Sorte de farine ou de semoule de manioc dont le poison a été retiré par macération dans l’eau et égouttage.
    • Les Indiens de la côte de Cayenne préfèrent le couac ou couan à la cassave ; il est connu à la Martinique sous le nom de farine de manioc: on en fait au moins autant d'usage que de la cassave. Pour faire le couac, on jette dans une poêle large et peu profonde, de la farine de manioc ; on remue sur un feu lent et modéré cette farine durant huit heures de suite, […]. — (Dictionnaire raisonné, universel d'histoire naturelle, Lyon : chez Bruyset ainé & Ce, an VIII, vol. 8, p. 204)
    • Le « couac » (pain) est obtenu en chauffant plus intensément la pulpe sans la remuer jusqu'à ce que la masse soit légèrement dorée d'un côté. […]. Ce pain de manioc, le « couac », est très dur et se consomme généralement trempé dans la sauce. — (J. J. Asiedu, La transformation des produits agricoles en zone tropicale: approche technologique, traduit de l'anglais par Thiékoro Cissé, Paris : éd. Karthala, page 24)

Variantes[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France (Toulouse) : écouter « couac »
  • France (Vosges) : écouter « couac »

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]