croupir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Dérivé de croupe avec finale -ir

Verbe [modifier le wikicode]

croupir \kʁu.piʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Rester couché dans ses ordures.
    • Cet enfant croupit dans ses langes. — Il ne faut pas laisser croupir un malade dans la saleté.
    • (Figuré)Sa maison était propre, bien tenue ; elle tranchait avec la blancheur gaie de sa façade et le luisant de ses meubles, sur les taudis immondes où, d’ordinaire, croupissent dans la fange et dans la vermine, les marins bretons. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )
  2. (Par extension) Se corrompre et pourrir dans une eau stagnante, en parlant de certaines matières.
    • De la paille qui croupit dans une mare.
  3. (Par extension) Se corrompre, en parlant de l'eau qui stagne trop longtemps.
    • Les eaux qui croupissent deviennent puantes.
  4. (Figuré) Rester dans un état misérable sans rien faire pour en sortir.
    • les prêtres ont toujours croupi dans une ignorance turpide. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • Jamais je n'aurais obtenu un semblable résultat en m'obstinant à croupir dans les marécages du reportage et du chroniquage à tant la ligne. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 179)
    • Voici les cellules. Oh! la commission d'hygiène a passé par là ! Elles ne ressemblent par au cul de basse-fosse où croupissait Latude ni le baron de Trenck. Elles sont de dimension possibles et pas froides, pourvues de l'essentiel. — (Séverine, Sous clef, en préface de Histoire d'un Complot, par Henry Torrès, Paris : Éditions Clarté, 1921, p.9)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]