cuider

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Verbe) Du latin cōgitāre (« penser »). Cuidier en ancien français, puis cuider à partir du XIIIe siècle. L’étonnant avec ce mot, tellement fréquent en ancien français, est qu’il ait fini par disparaître complètement de l’usage. Il était déjà signalé comme vieux au XVIIe siècle.
(Nom) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier le wikicode]

cuider \kɥi.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se cuider)

  1. (Vieilli) Croire, penser.
  2. (Pronominal) Se pavaner, faire l'outrecuidant.
    • Quelques vieux et plats courtisans, comme Dangeau, Cavoie, regrettèrent de n’avoir plus à se cuider parmi les sots et les ignorants, dans les raisonnement et l’amusement journalier d’une cour qui s’éteignait avec le roi. — (Saint-Simon, 417, 21)
  3. (Régionalisme) En patois champenois : avoir une vendange plus importante que prévu.

Dérivés[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
cuider cuiders
\kɥi.de\

cuider \kɥi.de\ masculin

  1. Panier long pour cueillir et porter les fruits.

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Verbe [modifier le wikicode]

cuider \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Variante de cuidier.
    • Ne sai que cuider ne que creire — (Le Roman de Troie, édition de Constans, tome III, page 247, c. 1165)
    • Tel cuide engeigner autrui
      Qui souvent s’engeigne soi-même.
      — (Collectif, Les Prophéties de Merlin, XIIIe siècle)

Références[modifier le wikicode]

Moyen français[modifier le wikicode]

Verbe [modifier le wikicode]

cuider \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Cuider, penser.
    • […] car ils ont des considerations que l’effect decouvre par apres estre autres que beaucoup n’eussent cuidé. — (François La Noue, Discours politiques et militaires du seigneur de La Noue, Basle, François Forest, 1587, p.705-714)
    • Qui a jamais cuidé avoir faute de sens ? — (Montaigne, Essais, II, xvii)
    • Me cuidant tromper, tu voudrais faire accroire.... — (Régnier, Élég. 2)
    • Il se plaît aux trésors qu’il cuide ravager — (Régnier, Sat. IX)

Références[modifier le wikicode]