cuver

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Verbe 1) (1433) Dénominal de cuve.
(Verbe 2) Le même que le précédent, le buveur étant assimilé à une cuve, ou du latin cubare (« dormir »), variante de couver, voir incubation.

Verbe 1 [modifier]

cuver \ky.ve\ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Intransitif) Demeurer dans la cuve en parlant du vin nouveau qu’on y laisse avec la grappe durant quelques jours, pour qu’il se fasse, pour qu’il fermente.

Dérivés[modifier]

Verbe 2[modifier]

cuver \ky.ve\ intransitif ou transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Intransitif) (Familier) Se reposer après un excès de boisson, dessouler.
    • Tu n'es pas en état de conduire, va cuver!
  2. (Argot des Gadz’Arts) Ne rien faire, feignanter. Échapper à une corvée pour un motif fallacieux
  3. (Péjoratif) Dormir, reposer après avoir bu avec excès, pour dissiper l’ivresse.
    • Parmi les louanges qu'on donne à Bacchus, la plus glorieuse sans doute, c'est qu'il dissipe les soucis, les inquiétudes et les peines. Mais ce n'est pas pour longtemps: l'ivrogne cuve son vin, et les chagrins reviennent en poste. — (Érasme; Éloge de la folie, 1509, traduction de Thibault de Laveaux en 1780)
    • Or, le matin, jour de l’élection, Laugu du Moulin et Abel le Rat, après un petit somme pour cuver les cuites de la semaine, s’étant levés et de concert, […]. — (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • La malheureuse était grise et il allait falloir bientôt la transporter dans une salle du premier pour l'y laisser cuver son vin. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Ça fait une semaine que je suis ivre, alors, pour cuver tranquille, j'ai pensé que m'enfermer dans une bibliothèque, ça aiderait. — (Francis Scott Fitzgerald, Gatsby le Magnifique, 1925. Traduit de l'américain par Jacques Tournier.)
  4. Garder en soi pour laisser s'apaiser, laisser murir.
    • Cuver son chagrin, sa colère, sa déception, sa vengeance etc.

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]